Cet article date de plus de neuf ans.

François Hollande : oui aux investissements qataris... mais sous "certaines conditions"

Après avoir assisté à la signature d'un contrat d'un milliard et demi euros par Vinci, François Hollande a annoncé que l'argent du Qatar était le bienvenu en France. Mais que ces investissements devraient se faire "sous certaines conditions". Le président français s'est par ailleurs sur le conflit syrien et s'inquiète de l'après Bachar al Assad.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Mohamad Dabbouss Reuters)

En déplacement au Qatar, le président français semble franchir
une nouvelle étape dans le partenariat économique avec le Qatar. 

300 millions d'euros pour les PME

Faisant valoir leur partenariat économique, la France et le
Qatar lance un fond d'investissement commun. 300 millions d'euros devraient être
disponibles dès le mois de juillet. Cette initiative coupe court à la polémique
lancée pendant la campagne présidentielle de Hollande, selon laquelle un fond
qatarien serait créé à destination des banlieues françaises. Le président favorise une action moins directe, "développer un certain nombre d'entreprises dans nos
quartiers
".

Un partenariat France-Qatar sous conditions

Dirigée par l'émir Cheikh Hamad
bin Khalifa al Thani, la monarchie qatarienne pourrait devenir un allié de
taille pour la France. Le président français, rassurant, a souligné que
les investissements du Qatar dans l'Hexagone devraient respecter
"certaines conditions" , précisant qu'il y avait "des règles à faire comprendre" . Vantant la touche française, Hollande a également proposé l'aide
française pour la Coupe de monde 2022 prévue au Qatar.

Aide à l'opposition syrienne

Le président français s'est  par ailleurs exprimé au sujet du conflit
syrien, soulignant une approche commune de la France et de la monarchie qatarie.

"L'opposition (syrienne) doit reprendre le contrôle de ces zones et de ces groupes pour les écarter" (François Hollande)

Evoquant les extrémistes, le président français a expliqué que si ces groupes devenaient "bénéficiaires d'une situation de chaos  (...) Bachar al-Assad se saisirait de ce prétexte pour continuer les massacres" . Il a aussi évoqué son souhait de parvenir
à une solution négociée.

Soutien aux révolutions arabes

Hollande a affiché le soutien de la France et du Qatar aux mouvements de révolutions, surnommé Printemps arabe, qui touchent les pays arabes depuis décembre 2010.

"Nous avons conscience qu'il
faut aider ceux qui se sont engagés dans (...) le printemps arabe, et nous travaillerons main dans la
main pour appuyer les efforts de
développement et de démocratie dans ces pays."

Après l'inauguration d'un lycée franco-qatarien samedi, la conférence de
presse de ce dimanche, le président Hollande poursuit son
séjour au Qatar avec la visite d'un chantier de l'entreprise française
de BTP Bouygues. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.