Fils d'un riche entrepreneur saoudien, Oussama Ben Laden était devenu l'homme le plus recherché du monde

Au lieu de reprendre les affaires familiales, il avait rejoint la lutte islamiste contre les Soviétiques en Afghanistan. Au Pakistan, il avait fondé Al Qaïda.L'attentat du 11 septembre 2011 avait fait de lui l'homme à abattre. Les Etats-Unis ont annoncé sa mort alors qu'il avait échappé à leurs services pendant près de 10 ans.

Photo d\'Oussama Ben Laden (montrée sur la chaîne de Dubai Al Arabiya le 15 avril 2004)
Photo d'Oussama Ben Laden (montrée sur la chaîne de Dubai Al Arabiya le 15 avril 2004) (AFP - AL ARABIYA AL JAZEERA)

Au lieu de reprendre les affaires familiales, il avait rejoint la lutte islamiste contre les Soviétiques en Afghanistan. Au Pakistan, il avait fondé Al Qaïda.

L'attentat du 11 septembre 2011 avait fait de lui l'homme à abattre. Les Etats-Unis ont annoncé sa mort alors qu'il avait échappé à leurs services pendant près de 10 ans.

Oussama Ben Laden était le douzième enfant d'un magnat du bâtiment. Son père, Mohammed Ben Laden, immigré yéménite, était devenu richissime en Arabie Saoudite.

Des études en Arabie Saoudite
Né à Riyad en 1957, Oussama Ben Laden étudie le génie civil et le commerce à l'université King Abdul Aziz de Djeddah pour intégrer le groupe familial. Mais là déjà, il se lie à des groupes islamistes.

Ses amis de l'époque décrivent un jeune homme pieux, réservé, assidu dans l'étude des textes principaux du wahabisme, forme rigoriste de l'islam sunnite en vigueur dans son pays.

Le jihad antisoviétique en Afghanistan
Et après l'invasion de l'Afghanistan par les troupes soviétiques en 1979, il rejoint le jihad, très populaire dans tous les pays du Golfe à l'époque. Avec la bénédiction des autorités saoudiennes, il organise le soutien logistique aux moudjahidines afghans, sillonnant la péninsule arabique pour y lever des fonds. Il s'installe à Peshawar, base arrière de la guérilla antisoviétique au Pakistan. Il y rencontre le Palestinien Abdullah Azzam, un des principaux organisateurs de la résistance, qui deviendra son mentor.

Ben Laden travaille alors avec l'aide indirecte de la CIA, qui fait transiter ses subsides par l'intermédiaire des services secrets pakistanais. Il accueille les volontaires pour le jihad, les encadre. La base de données qu'il élabore se transformera en une organisation, Al-Qaïda (la base en arabe).

Banni de son pays, Ben Laden se réfugie au Soudan
Après la défaite russe, en 1989, il rentre en héros en Arabie Saoudite, où il fait de nombreuses conférences dans les mosquées et les écoles, sur les succès du jihad.

Rapidement, Oussama Ben Laden est en désaccord avec les autorités de son pays. Au moment de la guerre du Golfe, le roi saoudien refuse sa proposition de bouter l'envahisseur américain hors de la péninsule avec les anciens de l'Afghanistan.

En 1992, Riyad, inquiet de ses critiques et de son soutien à l'opposition, lui retire son passeport. Il s'installe au Soudan, avec la bénédiction des autorités de Khartoum. Sa nationalité saoudienne lui est retirée en 1994, après la publication de "fatwas" dénonçant les Etats-Unis et la famille royale saoudienne. Les Etats-Unis le soupçonnent de financer des camps d'entraînement "terroristes".

Dix ans de traque contre l'ennemi public numéro un
En 1996, Oussama Ben Laden retourne en Afghanistan, avec hommes, armes et bagages. Le Soudan, soumis à des pressions internationales, lui a demandé de partir. Ses camps d'entraînement attirent des milliers d'hommes de tout le monde musulman. Il planifie une série d'attaques qui font de lui l'ennemi public numéro un aux USA.

Avant l'attentat contre le World Trade Center, le 11 septembre 2001, en août 1998, des véhicules piégés frappent les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya, faisant 224 morts.

Après le 11 septembre, les Etats-Unis avaient lancé une vaste traque pour retrouver le chef d'Al-Qaïda qui aura duré près de dix ans. Ben Laden échappait fin 2001 à l'intervention des troupes américaines en Afghanistan. Il avait été localisé pour la dernière fois par des témoins en novembre 2001 à Kandahar dans le sud de l'Afghanistan.