Cet article date de plus de douze ans.

Zapatero condamne l'attentat attribué à l'ETA

Un policier a été tué vendredi à Arrigorriaga, au Pays Basque espagnol dans un attentat à la voiture piégée
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un policier a été tué vendredi à Arrigorriaga, au Pays Basque espagnol dans un attentat à la voiture piégéeUn policier a été tué vendredi à Arrigorriaga, au Pays Basque espagnol dans un attentat à la voiture piégée

La police régionale basque attribue cet attentat aux séparatistes basques de l'ETA. La victime est un inspecteur de police de 49 ans, Eduardo Puelles Garci.

L'explosion s'est produite vendredi vers 9h00 locales sur un parking, probablement au moment où le policier démarrait son véhicule, provoquant un incendie qui a touché d'autres voitures.

Dans une déclaration en marge d'un sommet des dirigeants de l'UE à Bruxelles, M. Zapatero a exprimé sa "profonde douleur" après la mort d'un policier vendredi matin dans l'attentat, et souligné que sa condamnation de cet acte n'était "pas seulement passive".

"Les auteurs de cette nouvelle atrocité seront punis avec toute la sévérité prévue par la loi", afin qu'ils effectuent "la peine la plus longue et la plus dure possible", a-t-il dit. Le chef du gouvernement espagnol a précisé que les forces de l'ordre "recherchaient déjà" les responsables de ce "lâche assassinat".

Cet attentat a suscité la réprobation unanime des partis politiques, des syndicats de police, du patronat basque et de l'Eglise catholique.Le chef de la droite au Pays Basque espagnol, Antonio Basagoïti a notamment assuré les socialistes au pouvoir du soutien des conservateurs pour "vaincre l'ETA".

41 ans d'actions violentes
L'organisation indépendantiste basque ETA est tenue pour responsable d'au moins 825 morts en 41 ans d'actions violentes. Les membres des forces de l'ordre figurent parmi ses cibles privilégiées. L'ETA est considérée comme une organisation "terroriste" par l'UE et les USA.

Si la responsabilité de l'ETA se confirme, il s'agirait de son premier attentat depuis les régionales du 1er mars au Pays Basque, où les socialistes ont pris le pouvoir au détriment des nationalistes souverainistes du PNV pour la première fois depuis le retour à la démocratie en Espagne.

Il s'agirait de la première victime mortelle de l'ETA de l'année. Le dernier attentat meurtrier de l'ETA remonte au 3 décembre 2008, quand un tueur avait abattu un entrepreneur de 71 ans à Azpeitia. Son entreprise travaillait sur le chantier de la ligne ferroviaire à grande vitesse basque, cible de l'ETA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.