Cet article date de plus de neuf ans.

Victoire nette et imprévue de David Cameron aux législatives britanniques

Selon les résultats définitifs, le Premier ministre conservateur David Cameron remporte une large victoire. Le scrutin est aussi marqué par un raz-de-marée des nationalistes écossais.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Le Premier ministre, David Cameron reste au 10, Downing Street à Londres © MaxPPP)

D’après les résultats définitifs, non seulement David Cameron sort vainqueur des élections législatives mais en plus, le Parti conservateur n’a pas à négocier avec d’autres formations pour former un gouvernement. La majorité absolue lui est acquise à la chambre des Communes, avec 331 députés.

Il faut ajouter à ce tableau imprévu par les sondages, le résultat presque parfait du Parti indépendantiste écossais (SNP) qui rafle 56 des 59 sièges en jeu en Ecosse. Le scrutin est aussi marqué par la déroute de l’opposant travailliste et chef du labour, Ed Miliband. Quant au parti europhobe et populiste Ukip, il ne glanerait que deux sièges.

A LIRE AUSSI ►►►Santé, économie, immigration : les enjeux des législatives britanniques

Majorité absolue et liberté d'action

Ces derniers jours, les interrogations portaient sur un scrutin donnant au coude-à-coude travaillistes et conservateurs. Nombre d'hypothèses sont abandonnées ce vendredi comme celle des négociations obligées pour David Cameron en cas de victoire. Le Premier ministre sortant obtient une majorité absolue de quelques sièges à la Chambre des communes.

Signe que la formation du gouvernement ne va pas traîner, le leader du Parti conservateur sera reçu dès la mi-journée par la reine Elisabeth II. David Cameron devrait se rendre chez la reine en toute liberté, ce qui n'était pas le cas en 2010. Cette fois, il ne devrait plus avoir besoin des libéraux-démocrates, les Lib-Dems qui d'ailleurs font un mauvais score. Ils ne remportent que 8 sièges contre 57 dans la configuration sortante, leur chef a démissionné vendredi.  

L' Ecosse se rappelle au pouvoir reconduit

Le Parti nationaliste écossais (SNP) peut se targuer d'une large victoire. Sur ce point, les sondages ne se sont pas trompés. Les résultats définitifs lui attribuent 56 des 59 sièges à pourvoir en Ecosse. Ce carton presque plein propulse en haut de l'affiche symbolique du scrutin, Mhairi Black, une étudiante de 20 ans. Cette jeune militante du SNP a battu l'une des figures du Labour, Douglas Alexander, ministre des Affaires étrangères du cabinet fantôme des travaillistes. 

Le Parti travailliste éreinté

Ed Miliband, le dirigeant du Labour, a certes été réélu à Doncaster mais le dirigeant travailliste fait sienne la défaite. Il a annoncé sa démission de la tête du Parti, tant l'échec est cuisant. La défaite du labour s'annonce comme la plus sévère depuis 30 ans, avec moins de 232 sièges soit 26 de moins qu'en 2010. 

A LIRE AUSSI ►►►Expliquez-nous ... Ed Miliband

La déroute d'Ukip

Le parti populiste et europhobe Ukip déchante après son triomphe aux élections européennes de 2014. Le parti de Nigel Farage était crédité de 14% lors des derniers sondages. Ukip ne garde qu'un seul fauteuil de députés. Le leader d’Ukip a été battu par le candidat du Parti conservateur dans une circonscription du Kent. Nigel Farage avait annoncé qu’en cas d’échec, "il tirerait le rideau ", une promesse tenue ce vendredi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.