Environnement : le Parlement européen et les Etats membres trouvent un accord pour interdire l'importation de produits issus de la déforestation

La déforestation a provoqué la perte d'une zone plus grande que l'UE entre 1990 et 2020 et la consommation de produits en Europe est responsable d'environ 10% de ces pertes, selon le Parlement européen.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une zone victime de déforestation dans l'Etat de l'Amazonas, au Brésil, le 16 septembre 2022. (MICHAEL DANTAS / AFP)

Le Parlement européen et les gouvernements des Etats membres de l'Union européenne ont trouvé un accord, dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 décembre, pour interdire l'importation dans l'UE de plusieurs produits, lorsque ces derniers contribuent à la déforestation. 

Cet accord cible plusieurs produits comme le cacao, le café, le soja ou l'huile de palme. Le bois, la viande bovine ainsi que le caoutchouc sont également concernés, tout comme plusieurs matières associées (cuir, chocolat, ameublement, papier, charbon de bois...). Leur importation sera interdite si ces produits sont issus de terres déboisées après le 31 décembre 2022, a précisé le Parlement dans un communiqué (en anglais). Les dommages infligés à l'ensemble des forêts seront pris en compte.

Les entreprises importatrices seront responsables de leur chaîne d'approvisionnement. Elles devront prouver leur traçabilité via des données de géolocalisation des cultures, qui pourront être associées à des photos satellitaires.

Une zone plus grande que l'UE perdue du fait de la déforestation

Le texte avait été proposé en novembre 2021 par la Commission européenne et repris dans ses grandes lignes par les Etats membres. Les eurodéputés avaient voté en septembre pour le renforcer significativement, en élargissant la gamme de produits concernés. Le Parlement européen avait aussi réclamé d'étendre le champ du texte à d'autres écosystèmes boisés menacés, comme la savane du Cerrado.

L'accord trouvé entre les négociateurs du Parlement et des Etats membres stipule que cette extension "à d'autres terres boisées" devra être évaluée au plus tard un an après l'entrée en vigueur du texte.

Le Parlement européen et le Conseil de l'UE vont devoir formellement approuver cet accord. Dans son communiqué, le Parlement européen rappelle que la déforestation a provoqué la perte d'une zone plus grande que l'Union européenne entre 1990 et 2020 et que la consommation de produits au sein de l'UE est responsable d'environ 10% de ces pertes. Selon l'ONG WWF, l'UE est le deuxième destructeur de forêts tropicales après la Chine. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Union européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.