Elections législatives en Hongrie : le Premier ministre Viktor Orban obtient une large victoire et est reconduit pour un quatrième mandat consécutif

Son parti Fidesz a recueilli 53,35% des voix après le dépouillement de 93% des bulletins, contre 34,75% pour la coalition d'opposition, selon le Bureau national électoral.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fête la victoire de son parti aux élections législatives, le 3 avril 2022, à Budapest. (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

Le dirigeant souverainiste hongrois Viktor Orban a remporté une quatrième victoire d'affilée, bien plus facilement que prévu, dimanche 3 avril à l'issue des élections législatives. A 58 ans, le doyen des dirigeants en exercice de l'Union européenne faisait face à une alliance inédite et disparate de six partis qui voulaient mettre un terme à douze années de mandat du Premier ministre. Accusé par Bruxelles de multiples atteintes à l'Etat de droit, Viktor Orban a muselé justice et médias au fil des ans, tout en prônant une vision ultraconservatrice de la société.

Les analystes avaient prédit une bataille serrée pour ces législatives, mais les résultats sont sans appel : le parti Fidesz de Viktor Orban a recueilli 53,35% des voix après le dépouillement de 93% des bulletins, contre 34,75% pour la coalition d'opposition, a précisé le Bureau national électoral. Fort de cette avance, le Premier ministre est assuré de conserver une majorité des deux tiers au Parlement. "Nous avons remporté une victoire exceptionnelle – une victoire si grande qu'on peut sans doute la voir depuis la Lune, et en tout cas certainement depuis Bruxelles", a déclaré tout sourire Viktor Orban, habitué des bras de fer avec l'UE. 

Son adversaire, Peter Marki-Zay, s'est adressé à ses partisans tard dans la soirée. "Je ne vais pas cacher ma tristesse et ma déception", a-t-il réagi. Restant combatif, il a dénoncé "une lutte inégale" face à "la propagande", "une campagne de haine et de mensonges". Autre surprise du scrutin, le jeune parti d'extrême droite Mi Hazank a dépassé le seuil des 5% nécessaire pour entrer au Parlement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Union européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.