Cet article date de plus d'un an.

La Croatie est prête pour l'adoption de l'euro en janvier 2023, selon la Commission européenne

Le pays avait exprimé sa volonté d'adopter la monnaie unique dès son adhésion à l'UE en 2013.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les drapeaux de l'Union européenne au siège de la Commission européenne à Bruxelles (Belgique), le 1er juin 2022. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Bientôt un vingtième membre de la zone euro ? La Commission européenne a estimé, mercredi 1er juin, que la Croatie remplissait les conditions pour adopter la monnaie unique au 1er janvier 2023. La décision formelle sera prise début juillet par les ministres des Finances de l'Union européenne, mais la porte est désormais grande ouverte. Le pays avait exprimé sa volonté d'adopter la monnaie unique dès son adhésion à l'UE en 2013.

Aucune opposition n'est attendue, alors que l'ex-République yougoslave de quatre millions d'habitants respecte l'ensemble des critères techniques. La Banque centrale européenne (BCE) a également rendu mercredi un avis positif. La Croatie est désormais "prête à rejoindre la zone euro au 1er janvier. Cela va renforcer l'économie de la Croatie, en bénéficiant à ses citoyens, ses entreprises et à la société tout entière", a déclaré la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. 

"Nous voulons aussi entrer dans l'espace Schengen"

Le Premier ministre croate, Andrej Plenkovic, s'est déclaré confiant concernant l'intégration de son pays dans le club de l'euro au début de 2023. A cette même date, "nous voulons aussi entrer dans l'espace Schengen" de libre circulation en Europe, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin.

Le pays méditerranéen dispose d'un important secteur touristique. Le niveau de vie y est équivalent à celui de la Pologne et des Pays Baltes, avec une création de richesses (PIB par habitant) dépassant légèrement la moitié de la moyenne de l'UE. Le taux de chômage atteignait 6,1% en avril.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.