Cet article date de plus de neuf ans.

Unilever anticipe un "retour de pauvreté" en Europe

Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire se prépare à un retour de la pauvreté en Europe. Pour s'adapter, Unilever s'inspire du modèle asiatique en vendant des produits en plus petit conditionnement, et meilleur marché.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Eric Gaillard Reuters)

Pour Unilever, la "pauvreté revient en Europe ". C'est ce qu'a déclaré lundi Jan Zijderveld, responsable de la multinationale Unilever, au quotidien allemand Financial
Times Deutschland.
Pour s'adapter, le géant agroalimentaire, qui possède Dove, Cajoline, Magnum ou bien Alsa, s'apprête à vendre ses produits dans de plus petits condtionnements. **

"Si un Espagnol ne dépense plus en moyenne que
17 euros quand il fait les courses, je ne vais pas lui proposer un paquet de
lessive qui coûte la moitié de son budget
", explique le responsable.

Une stratégie inspirée de l'Asie

Jan Zijderveld s'est notamment inspiré des méthodes utilisées par Unilever dans les pays asiatiques en voie de développement. "En Indonésie nous vendons des échantillons
individuels de shampoing pour 2 à 3 centimes pièce et pourtant nous gagnons de
l'argent
", indique le responsable. "Nous savons comment cela fonctionne, mais
nous l'avons oublié en Europe
", ajoute-t-il.

En Espagne, le groupe vend déjà des petits paquets de lessive, ne permettant de faire que cinq machines. En
Grèce, Uniliver propose désormais des portions de pommes de terre et mayonnaise plus
petites. Reste à savoir, si au kilo ou au litre ce ne sera pas plus cher.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.