Cet article date de plus de sept ans.

Une fillette blonde, à l'identité mystère, émeut la Grèce

L'enfant a été découverte dans un camp de rom, chez un couple qui s'avère n'avoir aucun lien de parenté avec elle. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'une fillette, surnommée "l'ange blond", dont l'identité reste un mystère en Grèce. Elle a été retrouvée le 17 octobre 2013 chez un couple qui n'a aucun lien de parenté avec elle.  (GREEK POLICE / AFP)

La presse grecque, dont le quotidien national Ta Nea, la surnomme "l'ange blond". Une fillette, découverte dans un camp de Roms du centre de la Grèce, au sein d'une famille qui n'est pas la sienne, alimente les spéculations, samedi 19 octobre. 

L'enfant, âgée d'environ 4 ans, a été retrouvée lors d'une perquisition de routine dans un camp de la ville de Farsala, dans le centre du pays. La fillette se trouvait au domicile d'un couple qui s'est révélé n'avoir aucun lien de parenté avec elle. Certains médias ont donc rapidement évoqué la possibilité d'un trafic d'êtres humains. 

Enquête ouverte pour "enlèvement de mineur"

La police a diffusé les photos de la fillette, comptant sur la coopération d'Interpol pour élargir au niveau international les investigations destinées à l'identifier. L'enfant, aux cheveux et à la peau très clairs, y apparaît vêtue d'un jogging froissé. Sur une autre photo, chevelure peignée, elle esquisse un léger sourire.

Samedi, après avoir changé à plusieurs reprises d'explications, le couple a assuré que la mère biologique leur avait confié la fillette car elle ne pouvait pas s'en occuper. "Il s'agit d'une femme qui ne pouvait pas élever cette enfant et qui par l'intermédiaire d'une tierce personne l'a confiée au couple en 2009 peu après sa naissance", a affirmé un des avocats du couple. "Il n'y a eu aucun enlèvement, aucun vol, aucun trafic. Ils n'ont pas acheté l'enfant", a renchérit un autre conseil du couple.

La mère biologique, de nationalité "étrangère" selon les avocats, est actuellement recherchée par les autorités grecques pour confirmer la version du couple interpellé. La police émet en effet des doutes sur sa crédibilité. L'homme et la femme ont déclaré 14 autres enfants dans trois villes différentes, dont plusieurs nés entre juin et novembre 1993, et trois d'octobre 1994 à février 1995. Une enquête pour "enlèvement de mineur" a été ouverte pour déterminer les conditions dans lesquelles l'enfant s'est retrouvée au sein de cette famille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.