Un prêtre catholique allemand a été inculpé de viol sur une mineure entre ses 14 et 17 ans, à partir de 1990

Le parquet d'Osnabrück (nord-ouest) l'a annoncé mardi. L'affaire a été traitée après qu'une ommission spéciale de l'Eglise catholique ait porté l'affaire devant la justice.Cet abbé est accusé d'avoir contraint une paroissienne, affirmant notamment que faute de lui céder "elle n'irait pas au ciel",selon Alexander Retemeyer, porte-parole du parquet.

L\'Eglise catholique allemande fait face depuis le début de l\'année à une série de révélations et d\'accusations.
L'Eglise catholique allemande fait face depuis le début de l'année à une série de révélations et d'accusations. (AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)
Le parquet d'Osnabrück (nord-ouest) l'a annoncé mardi. L'affaire a été traitée après qu'une ommission spéciale de l'Eglise catholique ait porté l'affaire devant la justice.

Cet abbé est accusé d'avoir contraint une paroissienne, affirmant notamment que faute de lui céder "elle n'irait pas au ciel",selon Alexander Retemeyer, porte-parole du parquet.

L'abbé, âgé aujourd'hui de 50 ans, avait une personnalité très charismatique et appartenait à une secte conservatrice, selon M. Retemeyer.

Le porte-parole de l'évêché d'Osnabrück, Hermann Haarmann, a indiqué que le prêtre, qui dirigeait la paroisse de Spelle, en Basse-Saxe, après avoir officié dans celle de Haren, au moment des faits, avait été suspendu de ses fonctions en mars lorsque la victime l'avait dénoncé à l'évêché, qui avait ouvert une enquête.

L'évêché a transmis l'affaire à la justice après que le prêtre a refusé de se dénoncer à la police, selon M. Haarmann.

L'Eglise catholique allemande fait face depuis le début de l'année à une série de révélations et d'accusations relatives à des abus sexuels de mineurs par des prêtres, notamment dans des écoles et internats dans les années 1970 et 1980.

Le gouvernement a convoqué en avril une table ronde consacrée à la lutte contre les abus sexuels sur mineurs au sein de l'Eglise et à l'école et le président de la conférence épiscopale allemande, l'archevêque Robert Zollitsch, a présenté des excuses aux victimes.