Cet article date de plus de dix ans.

Un ex-banquier suisse, Rudolf Elmer, a remis au fondateur de WikiLeaks 2 CD contenant les noms de potentiels fraudeurs

Rudolf Elmer, qui a travaillé pendant 8 ans dans la banque aux Iles Caïmans, un paradis fiscal des Caraïbes, a indiqué lors d'une conférence de presse qu'il voulait porter à la connaissance du public les pratiques cachées des comptes offshores et les noms des clients de ces banques ayant cherché à échapper au fisc.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-banquier suisse Rudolf Elmer (à droite) remet à Julian Assange les noms de potentiels fraudeurs du fisc (AFP/Ben STANSALL)

Rudolf Elmer, qui a travaillé pendant 8 ans dans la banque aux Iles Caïmans, un paradis fiscal des Caraïbes, a indiqué lors d'une conférence de presse qu'il voulait porter à la connaissance du public les pratiques cachées des comptes offshores et les noms des clients de ces banques ayant cherché à échapper au fisc.

L'ex-banquier a remis les documents à un Julian Assange souriant et mal rasé, au club de presse international Frontline de Londres, qui avait hébergé le fondateur de WikiLeaks pendant quelques semaines avant son arrestation.

"Je suis là pour le soutenir", a déclaré devant les journalistes Julian Assange, qui faisait là une rare apparition en public en dehors de ses comparutions devant la justice dans le cadre de la procédure d'extradition lancée contre lui par la Suède.

Il faudra plusieurs semaines pour publier les informations bancaires, après leur vérification par le site WikiLeaks , a précisé Assange.

Rudolf Elmer n'a pas divulgué lundi le nombre ni les noms des personnes soupçonnées d'évasion fiscale. Mais il avait indiqué dimanche au journal suisse Sonntag qu'une quarantaine d'hommes politiques et des milliardaires des Etats-Unis, de Suisse, d'Allemagne et de Grande-Bretagne figuraient sur les listes.

Les données proviennent "d'au moins trois institutions financières et couvrent une période allant de 1990 à 2009", avait-t-il dit.

"Mon espoir est de faire connaître à la société la réalité de ce qui se passe", a-t-il déclaré lundi. "J'y étais, j'ai vu ce qui se passait au jour le jour (...) je suis contre ce système. Je veux que la société sache comment cela marche, parce que ce système fait du mal à la société", a encore indiqué cet ancien banquier, licencié de chez Julius Baer en 2002.

Julian Assange, qui est poursuivi pour des affaires de violences sexuelles contre deux jeunes femmes en août dernier, est en liberté conditionnelle. L'audition dans la procédure d'extradition a été fixée aux 7 et 8 février.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.