Cet article date de plus de huit ans.

Ukraine : manifestation pro-européenne sans précédent depuis la Révolution orange de 2004

La manifestation a réuni 23 000 personnes, selon la police, mais les organisateurs affirment que leur objectif de 100 000 participants a été atteint.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
A Kiev (Ukraine), des milliers de manifestants pro-européens réclament dimanche 24 novembre 2013 que le gouvernement signe un accord avec l'Union européenne. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

Du jamais vu depuis la Révolution orange de 2004. L'opposition ukrainienne pro-européenne a organisé dimanche 24 novembre à Kiev (Ukraine) une grande manifestation pour réclamer au gouvernement la signature d'un accord d'association avec l'Union européenne (UE), tandis que des incidents ont éclaté en marge du rassemblement. 

La manifestation a réuni 23 000 personnes, selon la police, mais les organisateurs affirment que leur objectif de 100 000 participants a été atteint.

Quel mot d'ordre pour cette manifestation ?

Les manifestants, qui réclament la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE au sommet européen de Vilnius les 28 et 29 novembre, accusent le président Ianoukovitch d'avoir cédé à la pression de la Russie. Moscou pousse l'Ukraine à adhérer à son union douanière avec d'autres anciennes républiques soviétiques. La Russie, destination du quart des exportations ukrainiennes, avait clairement prévenu Kiev des conséquences commerciales d'un accord avec l'UE. La décision des dirigeants ukrainiens est vue comme une erreur stratégique en Europe. 

"Ianoukovitch dégage!", ont crié certains manifestants. D'autres exhibaient des pancartes "Nous ne sommes pas l'URSS, nous sommes l'Union européenne".

Ce rassemblement est de loin le plus important à Kiev depuis la Révolution orange il y a neuf ans, qui avait entraîné l'annulation de l'élection à la présidence de Viktor Ianoukovitch, alors que ce dernier s'était déclaré vainqueur du scrutin de 2004 (Il a été élu à la magistrature suprême en février 2010).

Ioulia Timochenko, l'ex-Première ministre et adversaire politique du président Ianoukovitch, en prison sous l'accusation d'abus de pouvoir qu'elle dénonce comme une vengeance politique, a appelé à accentuer la pression sur le gouvernement avant le sommet du Partenariat oriental de l'UE à Vilnius les 28 et 29 novembre, au cours duquel l'accord avec l'Ukraine devait être initialement signé. "Aujourd'hui, nous avons un objectif très précis : contraindre Viktor Ianoukovitch à revenir sur sa décision humiliante" de ne pas signer, a-t-elle déclaré.

Pourquoi des incidents ont éclaté après le rassemblement ?

Dimanche, après la manifestation autorisée, des centaines de manifestants ont tenté de prendre d'assaut le siège du gouvernement au centre de la capitale mais ils ont été repoussés par la police à coups de matraques et de gaz lacrymogènes. Des leaders de l'opposition ont alors tenté de calmer ces manifestants qui s'en sont pris à la police et criaient "Révolution !", avant d'être repoussés par la police qui les a chargés. Un autre groupe de manifestants s'est rassemblé devant le bâtiment de l'administration présidentielle, selon des médias.

De violents incidents ont éclaté dimanche en marge de la manifestation pro-européenne dimanche 24 novembre 2013 à Kiev (Ukraine). (ANATOLIY STEPANOV / AFP)
 

La police n'a procédé à aucune interpellation, se contentant de protéger les entrées des bâtiments du gouvernement et de la présidence. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.