Cet article date de plus de sept ans.

Tirs de missiles en Ukraine depuis la Russie : les preuves américaines

Le Département d’Etat américain et le Pentagone affirment depuis plusieurs jours détenir des preuves que des militaires russes, depuis le territoire russe, pilonnent des positions de l’armée ukrainienne. Ce dimanche, ils ont rendu publique une série de photos.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des images de tirs de missiles issues du Renseignement américain © Département d'Etat)

 Ces preuves, elles sont visuelles, quatre images prises à haute altitude, des documents qui proviennent du bureau du directeur du Renseignement américain et qui ont notamment été diffusés sur les réseaux sociaux par l'ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt. Une de ces photos montrent des marques au sol qui auraient été causées par les tirs de roquettes, du côté russe de la frontière, et des cratères là où ces roquettes se sont abattues, côté ukrainien.

 

Pour l’administration Obama, ces images prouvent que la Russie a tiré à l’arme lourde sur des positions de l’armée ukrainienne entre le 21 et le 26 juillet donc après le crash de l’avion de la Malaysia Airlines.

En rendant publiques ces images, les États-Unis cherchent clairement à maintenir la pression sur Moscou pour convaincre les Européens de renforcer leurs sanctions. Mais aussi pour dissuader la Russie de livrer des armes aux rebelles - Washington pense que Moscou a l’intention de leur faire parvenir de puissants systèmes de roquettes dans les prochains jours.

D’après le New York Times, en réponse, les États-Unis pourraient décider de s’impliquer davantage: l’administration Obama envisagerait, selon le quotidien, de fournir à l’armée ukrainienne les emplacements précis des missiles sol-air actuellement aux mains des séparatistes. 

A LIRE AUSSI ►►► Crash du MH17 : les experts internationaux annulent leur déplacement

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.