Cet article date de plus de huit ans.

Tempêtes : l’Irlande va réclamer l’aide de l’Europe

La Bretagne n’a pas été la seule à subir les tempêtes à répétition de la fin de l’année 2013. Le Royaume Uni et l’Irlande ont aussi été très fortement secoués, et les deux pays sont sous les eaux. Les dégâts sont importants et en Irlande des voix réclament l’aide du fond de solidarité de l’Union européenne.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Tempête à Lahinch, sur la côte ouest irlandaise, le 3 janvier 2014. (lahinchpackages)
Au Royaume Uni, le mois de décembre 2013 a été le décembre le plus venteux depuis le début des mesures régulières en 1969. Tous mois confondus, il faut remonter à janvier 1993 pour trouver des conditions encore plus agitées. En Ecosse, il n'avait jamais autant plu et ce, tous mois confondus, depuis le début des mesures en 1910 (plus de 500 mm d’eau sur de nombreux secteurs).
 
En Irlande, les précipitations ont été supérieures à la normale pour l'ensemble des stations météo. Elles ont fréquemment dépassé les 150%. Il faut remonter à 1989 pour retrouver de telles lames d'eau en décembre. Pour le vent, les records ont aussi été battus. Ils dataient de 1993. Incroyable instabilité météorologique ponctuée par la foudre un jour sur deux.
 
L’Irlande en appelle à l’Union européenne
Les dégâts, sur la côte ouest et sud, sont importants. L’Irlande les estime au moins à 244 millions d’euros, soit bien au-delà du fond d’urgence de 45 millions. Ainsi, six phares ont été endommagés dont le plus sérieusement sur la célèbre île d’Aran.
Il conviendra d’indemniser aussi les pêcheurs qui n’ont pas travaillé lors de ces tempêtes à répétition, et ont parfois perdu du matériel.

L’opposition accuse déjà le gouvernement d’avoir réduit de 8 millions l’enveloppe des aides, et de ne rien avoir investi dans la prévention des catastrophes naturelles, tempêtes et inondations.
 
Désormais, on se tourne vers l’Europe, et le fond de solidarité de l’Union. Il dispose annuellement de 500 millions d’euros pour venir en aide aux régions frappées par des catastrophes naturelles.

Une aide versée 56 fois
Le fond a été créé en 2002, lors des grandes inondations d’Europe centrale. Depuis, il a été utilisé 56 fois pour des inondations, tempêtes, incendies, sécheresses et même tremblements de terre. 23 pays ont bénéficié d’une aide totale de 3,5 milliards d’euros.
L’aide n’est versée qu’en cas de dégâts extrêmes, supérieurs à 3 milliards d’euros (valeur 2002) ou 0,6% du PIB du pays. Mais si une région est particulièrement impactée sur le plan économique, l’aide peut être débloquée même si les précédents critères ne sont pas respectés.

Le fond complète les dépenses des Etats pour remettre en fonction rapidement les infrastructures de fourniture d’électricité et d’eau potable, restaurer les voies de communication et mettre les populations à l’abri.
 
Les bénéficiaires du fond depuis 2002
L’Irlande a peu bénéficié de ces aides. Une seule fois en 2009, et déjà pour des inondations. Le pays a obtenu une enveloppe de 13 millions d’euro pour 520 millions de dégâts.
Le pays le plus aidé est l’Italie, frappée par trois tremblements de terre notables. Mais là également, l’aide est pour le moins réduite. Un peu plus d’un milliard d’euros pour vingt fois plus de dégâts. 

Tempêtes et inondations sont de loin les événements les plus indemnisés. Evidemment, ils sont aussi ceux qui se produisent le plus souvent.
Mais c’est finalement la faiblesse de l’aide qui surprend. Et si l’Irlande obtient satisfaction, cela ne financera que faiblement les réparations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.