Cet article date de plus de dix ans.

Silvio Berlusconi pas inquiet pour son gouvernement

Le président du Conseil italien s'est voulu rassurant sur sa coalition alors qu'il est pressé par la zone euro sur son programme de réformes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, lors du sommet européen de Bruxelles (Belgique), le 27 octobre 2011. (FRANCOIS LENOIR / REUTERS)

Il y a quelques jours, le journal La Repubblica évoquait son éventuelle démission. Cependant, Silvio Berlusconi a assuré, vendredi 28 octobre à la télévision, que son gouvernement est solide. Selon lui, sa coalition va tenir et il ira jusqu'au bout de son mandat en 2013. "Ce qui importe, c'est de maintenir une majorité et un gouvernement unis pour adopter des réformes."

Le président du Conseil italien s'est ainsi justifié alors qu'il est mis en difficulté à la fois dans et à l'extérieur de son pays. Il a été sommé par les Européens, lors du sommet de Bruxelles de mercredi, de mener un vaste programme de réformes afin de remettre de l'ordre dans les finances de son pays.

Mais, pour compliquer sa tâche, les divergences au sein de la coalition de centre-droit au pouvoir sont nombreuses, notamment avec la Ligue du Nord. Umberto Bossi, à la tête de ce parti, n'a pas écarté la possibilité d'un effondrement de la coalition. D'autant que ce dernier aurait reçu quelques assurances, selon La Repubblica. Silvio Berlusconi lui aurait "vendu" son éventuelle démission en échange de son vote pour la réforme des retraites :"Epargne-moi l'humiliation à Bruxelles, et je te promets de nouvelles élections en mars".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.