Cet article date de plus de huit ans.

Une tablette militaire russe pour concurrencer Android

La Russie juge que la protection des données sur Android, le système d'exploitation de Google, est insuffisante.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le système d'exploitation Romos sera en premier lieu utilisé par le ministère de la Défense russe. (SERGEY MAMONTOV / RIA NOVOSTI / AFP)

INTERNET - Google n'est pas vraiment le bienvenu en Russie. Le pays a annoncé vendredi 31 août qu'il se lançait dans le développement d'un nouveau système d'exploitation (OS) pour tablettes et smartphones. Ce rival du système Android, imaginé par Google, sera élaboré par un institut de la prestigieuse université russe de recherche nucléaire et a d'ores et déjà été certifié au niveau fédéral.

Baptisé Romos, cet OS "assurera la confidentialité des données et des échanges des utilisateurs, et protégera contre les virus", précise un communiqué. "Les principaux utilisateurs en seront les structures gouvernementales", mais les entreprises pourront aussi acheter ce système d'exploitation.

Un prototype de tablette équipée de cet OS a été présenté jeudi au vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, lors d'un salon à Berlin (Allemagne). "Le système d'exploitation a toutes les capacités de celui d'Android, à l'exception des fonctions qui envoient les informations personnelles des utilisateurs au siège de Google", a expliqué un de ses représentants au ministre.

Doutes sur la protection des données

Le géant américain est souvent critiqué pour collecter des données sur ses consommateurs, et les stocker ensuite pendant des années. Le ministère de la Défense russe craint, en utilisant les tablettes actuelles, que de telles informations tombent entre les mains du gouvernement américain.

Cette tablette version militaire, "résistante aux chocs et étanche", sera reliée au système de navigation russe Glonass, lui aussi conçu pour rivaliser avec le GPS américain. Elle sera composée essentiellement de pièces fabriquées à l'étranger et assemblées dans une usine du ministère de la Défense. "Pour les forces de sécurité, la Défense, il faut un équipement (…) doté d'un programme local", a commenté Olga Ouskova, présidente de la société informatique Cognitive Technologies.

Aux yeux d'Alexandre Konovalov, président d'un institut d'évaluations stratégiques en médias, ce projet "a un sens pour les militaires, mais n'a pas de futur" en ce qui concerne le prototype civil. "C'est une chose d'élaborer un prototype, mais c'en est une autre de produire en masse, étant donné que nous n'avons pas d'industrie électronique", juge-t-il par ailleurs. La production des tablettes russes devrait être lancée d'ici la fin de l'année, elles devraient coûter 15 000 roubles (370 euros). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.