Cet article date de plus de neuf ans.

Russie: Medvedev limoge, le feu progresse, Moscou étouffe

Le président russe Dmitri Medvedev a limogé plusieurs officiers de marine après la destruction par le feu de 13 hangars contenant des avions et du matériel sur une base de la marine proche de Moscou, où l'atmosphère est devenue irrespirable. Par ailleurs, le bilan des incendies de forêt qui font rage en Russie est passé de 40 à 48 morts.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Preuve de la désorganisation totale face aux incendies qui ravagent la Russie centrale, des hangars militaires ont été détruits par les flammes à Kolomna (à une centaine de kilomètres au sud-est de Moscou), sans que les responsables de la base ne réagissent. Au moment de l'incendie, ils n'étaient tout simplement pas là.

Ce qui a provoqué la fureur du président russe. "Bien que nous ayons demandé au ministère de la Défense de contribuer à la lutte contre les incendies pour aider la population civile, dans la majorité des cas, le ministère ne peut se protéger lui-même", a-t-il déclaré. Et Dmitri Medvedev n'a pas perdu de temps pour prendre des mesures. Il a adressé un blâme au commandant de la marine russe, Vladimir Vissotsky et a ordonné le limogeage de plusieurs gradés, notamment le chef de l'aéronavale, le responsable de la logistique et le commandant de la base.

Et pendant que le président s'enflamme, le feu progresse. Au total, les incendies ont déjà dévasté près de 668.000 hectares depuis le début de l'été. Le ministère des situations d'urgence a revu le bilan des victimes à la hausse. Il s'élève désormais à 48 morts.

Dans la région de Nijni Novgorod (500 km à l'est de Moscou), la plus touchée, les flammes se rapprochent dangereusement du centre de recherche nucléaire de Sarov, où l'évacuation des matériaux radioactifs a été ordonnée.

Moscou s'est réveillée dans une atmosphère étouffante: un vent chaud répand la fumée âcre des feux de forêt et de tourbières de la région jusque dans le métro. Dans la capitale russe, la concentration en monoxyde de carbone était ce matin 5,7 fois supérieure aux niveaux acceptables.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.