Cet article date de plus de dix ans.

Rossen Plevneliev, pourrait être élu président de la République, selon les premières estimations.

A l'issue du second tour du scrutin, les conservateurs détiennent à présent les deux postes les plus importants de l'Etat bulgare, selon les estimations des instituts de sondage.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un votant, dans le village de Yana. (NIKOLAY DOYCHINOV / AFP)

A l'issue du second tour du scrutin, les conservateurs détiennent à présent les deux postes les plus importants de l'Etat bulgare, selon les estimations des instituts de sondage.

Rossen Plevneliev, 47 ans, ex-ministre du Développement régional, obtiendrait autour de 55/56% des suffrages et distancerait nettement son rival socialiste, Ivaïlo Kalfin, qui n'obtiendrait qu'environ 44/45% des voix.

Le chef de l'Etat exerçant surtout un rôle de représentation et d'autorité morale, le scrutin avait valeur de test pour Boïko Borissov, confronté aux difficultés économiques de son pays, le plus pauvre de l'Union européenne, et sous pression de Bruxelles pour plus d'efficacité face à la corruption et à la criminalité.

La victoire potentielle de son parti, le GERB, à l'élection présidentielle, ainsi qu'aux municipales, qui avaient lieu le même jour, témoigne du soutien dont continue à jouir le puissant chef de gouvernement moins de deux ans avant les prochaines législatives.

Ces élections ont cependant de nouveau donné lieu à des soupçons de manipulations, dont la traditionnelle pratique en Bulgarie de " l'achat de votes", notamment au sein de la minorité Rom, pratique ancienne dénoncée par des médias et les organisations non-gouvernementales (ONG).

Ce dimanche encore, la police a arrêté plusieurs personnes en province, prises sur le fait lors de la remise d'argent à des électeurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.