République tchèque : Karel Schwarzenberg, ancien ministre et collaborateur de Vaclav Havel, est mort à l'âge de 85 ans

Exilé avec sa famille durant la période communiste, il est notamment devenu ministre des Affaires étrangères à deux reprises (2007-2009 et 2010-2013).
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Karel Schwarzenberg, alors ministre des Affaires étrangères tchèque, le 12 janvier 2013 à Prague (République tchèque). (RADEK MICA / AFP)

Karel Schwarzenberg, ancien ministre tchèque des Affaires étrangères et collaborateur de l'ancien président Vaclav Havel, est mort à l'âge de 85 ans, a annoncé son parti TOP 09, dimanche 12 novembre. Selon les médias tchèques, il est décédé la veille dans un hôpital de Vienne (Autriche), après des mois de maladie. Cet aristocrate polyglotte (il parlait six langues), fumeur de pipe et amateur de whisky, s'était également présenté à l'élection présidentielle lors du premier scrutin direct en République tchèque en 2013, perdant le second tour face à Milos Zeman. Il a été député jusqu'à sa retraite en 2021.

Karel Schwarzenberg est né à Prague le 10 décembre 1937 dans la famille princière de Schwarzenberg. Celle-ci fuit le pays après la prise de pouvoir par les communistes en 1948, qui marque le début d'une ère de persécution de la noblesse. Après avoir étudié le droit et la sylviculture dans des universités autrichiennes et allemandes, sans "jamais rien terminer", selon lui, il prend en charge les biens de la famille, notamment les forêts et le palais Schwarzenberg, à Vienne.

"Une personnalité exceptionnelle", salue le Premier ministre

Toujours en exil en 1984, Karel Schwarzenberg devient président du Comité international d'Helsinki pour les droits de l'homme. Il retourne en Tchécoslovaquie après la chute du communisme lors de la Révolution de velours pacifique de 1989 et récupère une part considérable de la fortune familiale confisquée par les communistes. Il fait ses premières armes politiques en tant que chef du bureau présidentiel sous Vaclav Havel, élu président de la Tchécoslovaquie en 1989 et de la République tchèque en 1993.

Citoyen tchèque et suisse, Karel Schwarzenberg devient sénateur en 2004, puis ministre des Affaires étrangères, exerçant deux mandats dans des gouvernements de droite en 2007-2013. Cofondateur du parti conservateur TOP 09 en 2009, il devient député en 2013. "Si je n'étais pas stupide, j'aurais profité d'une belle retraite, je serais allé dans la forêt pour chasser des cerfs, j'aurais voyagé dans le monde entier, j'aurais apprécié le bon vin. Mais comme je suis stupide, je me suis lancé dans la politique", a-t-il dit un jour en plaisantant.

Une affiche de campagne de Karel Schwarzenberg pour les législatives de 2013, sous l'étiquette de son parti Top 09. (MICHAL CIZEK / AFP)

Karel Schwarzenberg était "une personnalité exceptionnelle de l'exil tchèque et de la politique tchèque de ces dernières décennies, a salué le Premier ministre tchèque, Petr Fiala. Je l'ai respecté pour l'aide qu'il a apportée aux dissidents tchèques sous le régime totalitaire et pour avoir décidé de servir notre pays de manière désintéressée après 1989.'

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.