Nouvel échec pour le Rafale : la Suisse choisit le chasseur suédois Gripen

La Suisse explique ce soir son choix par des raisons financières et non pas technologiques: le Gripen du groupe suédois Saab serait plus avantageux que le Rafale de Dassault et l'Eurofighter du groupe EADS "non seulement à l'acquisition mais aussi en ce qui concerne les coûts d'entretien".

(scanpix Reuters)

Dans un communiqué officiel publié cet après-midi, le gouvernement suisse annonce qu'il a décidé d'acheter 22 avions de combat Gripen au groupe suédois Saab, pour remplacer ses anciens F5 Tiger.

Il explique donc que ce choix repose plus sur des arguments financiers que technologiques. Le  Conseil fédéral "a sciemment décidé de ne pas positionner la Suisse au plus haut niveau européen s'agissant des performances des nouveaux avions de combat".

Le Rafale toujours en attente de clients étrangers...

Le plus gros contrat en attente, celui de l'Inde qui pourrait tomber avant Noël : un gigantesque appel d'offres qui porte sur 126 avions de chasse. L'avion de Dassault est en concurrence avec l'Eurofighter d'EADS. Suspens également autour de la décision des Emirats arabes unis, qui ont mené de longues négociations avec Dassault Aviation  pour l'achat d'au moins 60 avions Rafale. Mais mi-novembre, cette vente semblait compromise. Dans un communiqué le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed a indiqué que  "malheureusement, Dassault semble ne pas avoir conscience que toutes les bonnes volontés p olitiques et diplomatiques du monde ne peuvent permettre de surmonter des termes commerciaux qui ne sont pas compétitifs et à partir desquels on ne peut travailler." Enfin il y aura peut-être les 36 appareils que doit acheter le Brésil. Là le Rafale se retrouvera confronté au F/A-18 Super Hornet de Boeing et à nouveau au Gripen.