Cet article date de plus de neuf ans.

Une nouvelle expertise psychiatrique ordonnée pour Breivik

Deux nouveaux experts ont été désignés par la justice pour étudier la santé mentale de l'auteur des attaques du 22 juillet en Norvège, qui ont fait 77 morts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Anders Behring Breivik à Oslo (Norvège), le 25 juillet 2011. (JON-ARE BERG-JACOBSEN / AFP)

Le tribunal d'Oslo a ordonné vendredi 13 janvier une nouvelle expertise psychiatrique de l'auteur des attaques du 22 juillet en Norvège, Anders Behring Breivik. En 2011, il avait été déclaré pénalement irresponsable par deux experts mais leurs conclusions sont depuis vivement contestées.

"La gravité et la singularité du dossier plaident pour que la question de la responsabilité pénale soit examinée de plus près", a déclaré la juge chargée du dossier lors d'une conférence de presse. Deux nouveaux experts vont donc étudier la santé mentale de l'extrémiste de droite, responsable de la mort de 77 personnes à Oslo et sur l'île d'Utoya. Ils devront se prononcer "avant le début du procès" le 16 avril, selon la magistrate.

"Schizophrénie paranoïde"

Leur travail risque toutefois d'être entravé par le refus de Breivik de se prêter à de nouveaux examens. "Il estime que le premier rapport était erroné à 80 %", a expliqué maître Geir Lippestad après avoir informé son client de la décision des juges. "Il ne croit pas que les experts aient les connaissances nécessaires pour le comprendre." Afin de contourner ce refus de coopérer, l'accusé, actuellement en détention provisoire dans une prison près d'Oslo, pourrait être placé dans un établissement psychiatrique pour observation.

Fin novembre 2011, deux premiers experts-psychiatres mandatés par le tribunal avaient estimé que Behring Breivik était psychotique, souffrant de "schizophrénie paranoïde", et qu'il était donc pénalement irresponsable. Si de telles conclusions devaient être confirmées, l'extrémiste de 32 ans, auteur du massacre le plus sanglant commis en Norvège depuis la seconde guerre mondiale, serait passible d'un internement psychiatrique plutôt que d'une peine de prison classique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.