Accueil des migrants : l'Italie a-t-elle enfreint la politique de l'Europe ?

Alors que le gouvernement italien a refusé l'arrivée de l'"Aquarius", bateau qui transportait des migrants épuisés, la question se pose de l'obligation ou non de l'accueil de navires en détresse.

Voir la vidéo
FRANCE 2

L'Italie avait-elle le droit de rejeter l'Aquarius ? Ce bateau qui transportait 629 migrants s'est vu refuser lundi 11 juin l'autorisation d'accoster en Italie puis à Malte, et sera finalement accueilli par l'Espagne. En direct de Bruxelles, en Belgique, le journaliste Valéry Lerouge nous en dit plus. "Qu'il s'agisse d'un bateau humanitaire commercial ou militaire, il y a obligation de porter secours et de débarquer les rescapés dans un port sûr et rapidement, explique-t-il. C'est la Convention internationale du secours en mer qui le dit."

L'Europe impuissante

Mais le diable se niche dans les détails. Pour nous l'expliquer, Valéry Lerouge poursuit : "Le pays qui coordonne les opérations, en l'occurrence l'Italie, a la compétence de décider où le bateau doit accoster (comprenez 'pas forcément chez lui'). L'Italie joue là-dessus pour contraindre l'Europe à prendre ses responsabilités et à se montrer solidaire. La Comission européenne est très embarrassée, car elle se trouve démunie, elle n'a pas de compétence dans ce cas précis et cela ne va pas s'arranger. En Autriche, en Hongrie, en Slovénie, les gouvernements sont de plus en plus ouvertement antimigrants."

Le JT
Les autres sujets du JT
Matteo Salvini, chef de la Ligue et nouveau ministre de l\'Intérieur, et vice-Premier ministre en conférence de presse au Palais Quirinal, le 31 mai 2018, à Rome (Italie).
Matteo Salvini, chef de la Ligue et nouveau ministre de l'Intérieur, et vice-Premier ministre en conférence de presse au Palais Quirinal, le 31 mai 2018, à Rome (Italie). (ANDREAS SOLARO / AFP)