Cet article date de plus de huit ans.

Nations Unies: qui sont les candidats à la succession de Ban Ki-moon?

Article rédigé par Falila Gbadamassi
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Douze prétendants se sont déjà manifestés pour succéder au sud-coréen Ban Ki-moon, l'actuel secrétaire général des Nations Unies. L'examen des candidatures par le Conseil de sécurité débutera à partir du 21 juillet 2016. Selon le système de rotation géographique en vigueur dans les organismes onusiens, le prochain secrétaire général devrait être un ressortissant de l’Europe de l’Est.


Le processus qui conduira au choix du prochain secrétaire général des Nations Unies est inédit car placé sous le signe de la transparence. Pour la première fois en soixante-dix ans d'existence, les identités des candidats et leurs auditions, qui se poursuivent le 14 juillet 2016, ont été rendues publiques. Leurs entretiens sont diffusés en direct tout comme le débat qui les réunira, au siège des Nations Unies à New York, sur le thème des droits de l'homme, entre autres, le 12 juillet 2016. 

L'Assemblée générale de l'ONU nommera en septembre le nouveau secrétaire général «sur recommandation» du Conseil de sécurité. Il prendra fonction le 1er janvier 2017. 


La diplomate argentine, née en 1954, est l'ex-chef de cabinet de Ban Ki-moon, l'actuel secrétaire général des Nations Unies. Depuis le 10 décembre 2015, elle est ministre des Relations extérieures (ici à Moscou, le 13 mars 2016).  (Ramil Sitdikov / RIA Novosti / Sputnik)
Née en 1952, Irina Bokova est l'atuelle directrice générale de l’Unesco. Elle est la première femme à diriger l'agence des Nations unies, fonction qu'elle occupe depuis le 15 novembre 2009 (ici à Bagdad, le 8 mars 2015).  
 (SABAH ARAR / AFP)
Christiana Figueres, née en 1956, a été secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de juillet 2010 à juillet 2016 (ici à Paris, le 30 novembre 2015, durant la COP21). (THOMAS SAMSON / AFP)
Vesna Pusić a été ministre des Affaires étrangères et européennes de la Croatie de 2011 à 2016. Elle est née en 1953 (ici à Budapest, le 24 février 2012). (ATTILA KISBENEDEK / AFP)
Né en 1948, Srgjan Kerim a été notamment ministre des Affaires étrangères (2000-2001) et président de la 62e session de l'Assemblée générale des Nations Unies (ici au siège des Nations Unies, à New York, le 14 avril 2016).  (DON EMMERT / AFP)
Natalia Gherman, née en 1969, a été vice-première ministre, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne (2013-2016). En 2015, elle a occupé la fonction de Premier ministre par intérim (ici à Moscou, le 24 juillet 2013).  (RUSLAN KRIVOBOK / RIA NOVOSTI / SPUTNIK)
Né en 1976, Igor Lukšić a été Premier ministre (2010-2012). Il est l'actuel ministre des Affaires étrangères (ici à Budapest, le 3 février 2015). (ATTILA KISBENEDEK / AFP)
Née en 1950, Helen Clark est la première femme à occuper le poste de Premier ministre dans son pays. Elle est également la première femme à diriger le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Helen Clark est à la tête de l'agence onusienne depuis le 20 avril 2009 (ici à Paris, le 1er juin 2015).   (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
António Guterres a été de 2005 à 2015 le Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Avant de diriger l'agence onusienne, il fut notamment Premier ministre du Portugal de 1995 à 2002. Le diplomate portugais est né en 1949 (ici , à Genève, dans les bureaux des Nations Unies, le 4 septembre 2015).  (FABRICE COFFRINI / AFP)
Né en 1975, Vuk Jeremić fut de 2007 à 2012 le ministre des Affaires étrangères. Il a été également président de la 67e session de l'Assemblée générale des Nations Unies (ici à Riga, le 2 mars 2012). (ILMARS ZNOTINS / AFP)
Né en 1963, Miroslav Lajčák est l'actuel ministre slovaque des Affaires étrangères (ici à Budapest, le 30 mars 2015). (ATTILA KISBENEDEK / AFP)
Né en 1952, il a été le troisième président de la Slovénie (2007-2012). En 1992, il fut le premier représentant permanent de la Slovénie auprès des Nations Unis (ici au siège des Nations Unies, à New York, le 30 mars 2015). (JEWEL SAMAD / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.