Un jeune migrant se noie à Venise, aucun touriste ne vient à son secours

Alors qu'un jeune Gambien de 22 ans attentait à ses jours en sautant dimanche 22 janvier dans les eaux glacées du Grand Canal de Venise, aucun spectateurs de la noyade n'est venu à son secours, tandis que certains filmaient, suscitant des commentaires outrés en Italie et sur le web. Une enquête a été ouverte.

Le jeune homme qui serait âgé de 22 ans a coulé dans une eau à 5 degrés, devant des dizaines de personnes dont certaines ont filmé la scène
Le jeune homme qui serait âgé de 22 ans a coulé dans une eau à 5 degrés, devant des dizaines de personnes dont certaines ont filmé la scène (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Seul, désespéré, un jeune migrant a sauté dimanche 22 janvier dans les eaux glacées du Grand Canal de Venise, en Italie, sans que personne, dans la foule des témoins de la scène, ne vienne à son secours. Lors de sa noyade, le jeune homme, filmé par des touristes, essuiera même moqueries et quolibets.

Personne n'a donc vraiment rien pu faire ?

L’enquête déterminera si quelqu’un est en faute dans cette affaire : d'après les premiers éléments, le jeune Gambien s'est suicidé. Ce dimanche après-midi là, au bord du Grand Canal de Venise, plusieurs bateaux naviguent, les touristes se promènent dans un décor de carte postale. Un jeune homme laisse son sac à dos à terre, avec quelques affaires et ses papiers et se jette à l’eau. Plusieurs dizaines de personnes assistent à la scène. Certains filment. Ce sont des vidéos qui attestent de ce qui s’est réellement passé.

Le procureur de Venise en charge de l’enquête a entre les mains cinq vidéos – quatre vidéos amateurs et une de la commune de Venise - lui permettant de reconstruire les faits. Une de ces vidéos tournées au smartphone est visible sur le web, prise par des Italiens. On y entend des témoins hurler : "Envoyez des gilets de sauvetage !" Mais aussi : "Mais il est bête ou quoi il veut mourir ?" De fait, plusieurs gilets de sauvetage (jusqu'à quatre) lui sont lancés depuis un vaporetto, les navettes fluviales à Venise. Le jeune homme ne les attrape pas. Personne ne saute à l'eau pour le secourir. Il coule dans une eau à cinq degrés, son corps est emporté par le courant. 

Quelles sont les réactions ?

Le drame est loin d’avoir fait la une en Italie, mais a cependant nourri les journaux locaux de Vénétie et quelques articles de presse nationale. Et suscité des réactions outrées sur le web. Un des responsables locaux de la société nationale de sauvetage a commenté le drame : "Je ne jette la pierre à personne, mais on aurait peut-être pu faire quelque chose de plus." Le curé de la paroisse la plus proche est effondré : "Si nous t’avions connu, nous t’aurions apporté notre soutien et tu te serais senti moins seul." Pour le maire de la circonscription de Marghera, l’une des circonscriptions de Venise, cette polémique n’a pas lieu d’être. "Il ne voulait pas qu’on le sauve", a ainsi commenté l’élu, selon le Corriere della Sera.

Qui est le jeune noyé ?

Selon ses papiers d’identité, le jeune homme, de nationalité gambienne, 22 ans, est né un 1er janvier, comme tous ceux qui débarquent en Italie et ne donnent pas ou ne connaissent pas leur jour de naissance. Si une partie de sa famille vit dans le Nord de l’Europe, il serait vraisemblablement arrivé en Sicile il y a deux ans. L'un de ses cousins raconte qu’il était parti à l’automne chercher du travail en Suisse, d’où il avait été renvoyé en Italie. Dans ses affaires, un billet de train Milan-Venise... Un rassemblement est prévu ce vendredi soir à 17 heures à Venise, lors duquel une couronne de fleurs aux couleurs de la Gambie sera jetée dans les eaux glacées du Grand Canal.