Réfugiés climatiques : la Banque mondiale tire la sonnette d'alarme

143 millions de personnes pourraient fuir les effets du changement climatique d'ici 2050 si rien n'était fait. Pénurie d'eau, hausse du niveau de la mer ou production agricole en baisse sont en cause.

Voir la vidéo
France 2

Le changement climatique est devenu un moteur de migration. Des populations entières fuient la baisse de la production agricole, la pénurie d'eau et la hausse du niveau de la mer. 86 millions de personnes seraient originaires d'Afrique subsaharienne, 40 millions d'Asie du Sud et 17 millions d'Amérique latine.

Menace d'une crise humanitaire

Selon une étude menée par la Banque mondiale, en Éthiopie, où la croissance démographique pourrait atteindre 85% d'ici 2050, les migrations pourraient augmenter en raison de la baisse des récoltes. Au Mexique, ce sont les migrations à partir des régions vulnérables au changement climatique qui devraient s'accentuer en direction des zones urbaines. La Banque mondiale alerte les dirigeants politiques. D'après elle, le changement climatique peur devenir une menace économique et sociale et dégénérer en crise humanitaire si rien n'est fait.

Le JT
Les autres sujets du JT
Quelques gouttes tombent d\'un point d\'eau dans la ville de Kebri Dahar (Ethiopie), le 3 avril 2017.
Quelques gouttes tombent d'un point d'eau dans la ville de Kebri Dahar (Ethiopie), le 3 avril 2017. (KAY NIETFELD / DPA)