Cet article date de plus d'un an.

"Ocean Viking" : que va-t-il se passer pour les 230 migrants à Toulon ?

Les réfugiés accueillis sont ceux qui sont "éligibles à l'asile", a indiqué Gérald Darmanin, en répétant que "ceux qui ne pourront pas avoir l'asile repartiront directement dans leurs pays d'origine".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Un migrant regarde la mer à bord de l'Ocean Viking, affrété par l'ONG SOS Méditerranée, le 23 Mars 2021. Photo d'illustration. (JEREMIE LUSSEAU / HANS LUCAS)

Plus de 20 jours d'errance en mer méditerranée, et enfin, la terre ferme. Le navire humanitaire Ocean Viking est arrivé vendredi 11 novembre au matin, au port militaire de Toulon avec à son bord 230 migrants secourus en Méditerranée,. Une première en France qui suscite de vives tensions avec l'Italie et déclenche une nouvelle polémique sur le sujet brûlant de l'immigration.

>> "Ocean Viking" : "deux tiers" des migrants à bord du navire seront accueillis par neuf pays européens, assure Gérald Darmanin

Après trois semaines d'errance à la recherche, vaine, d'un port sûr en Italie, l'Ocean Viking, bateau ambulance affrété par l'ONG SOS Méditerranée a accosté à Toulon, "à titre exceptionnel" et en vertu "d'un devoir d'humanité", a annoncé le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin jeudi. 

D'où viennent ces migrants ?

Dès son arrivée très médiatique, le bateau va être sous haute surveillance. "Tous les passagers seront placés dans une zone d’attente", indique le ministère de l'Intérieur. Concrètement, il s'agit d'une zone internationale, qui permet de procéder aux procédures de contrôle sans autoriser l’entrée sur le territoire français. Les rescapés à bord de l'Ocean Viking dont 57 enfants secourus au large de la Libye "ne pourront pas sortir du centre administratif où on va les mettre et ne seront donc pas techniquement sur le sol français", a précisé Gérald Darmanin. 

Toutes les mesures seront prises afin "d'apporter l’assistance sanitaire et médicale nécessaire aux passagers du navire, d’assurer les contrôles de sécurité adéquats par les services spécialisés, d’examiner les demandes d’asile dans le cadre d’une procédure accélérée d’asile à la frontière", instruite en 48h par l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Les passagers de l'Ocean Viking sont Bangladais, Erythréens, Syriens, Égyptiens, Pakistanais, Maliens, Soudanais et Guinéens.

Jeudi, quatre des 234 migrants que comptait le navire, dont trois pour des raisons médicales et un accompagnant, ont été évacués vers Bastia, en Corse). Les opérations de secours se sont déroulées en fin de matinée: un hélicoptère de l'armée de l'air avec une équipe médicale a décollé vers 11h de la base de Solenzara en Corse pour aller récupérer les patients, a détaillé auprès de l'AFP le capitaine de frégate Pierre-Louis Josselin, porte-parole de la préfecture maritime. L'un de ces patients "est instable et ne réagit pas aux soins prodigués à bord depuis le 27 octobre. Les deux autres ont subi des blessures en Libye qui (...) risquent maintenant d'avoir des conséquences négatives à long terme", a détaillé une porte-parole de SOS Méditerranée, qui affrète l'Ocean Viking. 

"Eligibles à l'asile"

Les réfugiés accueillis sont ceux qui sont "éligibles à l'asile", a ajouté le ministre en répétant que "ceux qui ne pourront pas avoir l'asile repartiront directement dans leurs pays d'origine". Des "contacts sont pris avec les pays concernés pour procéder aux procédures" permettant "l'expulsion de ceux qui ne remplissent pas les conditions de l'asile", a précisé à l'AFP l'entourage du ministre.

Neuf pays européens se sont engagés à accueillir les "deux-tiers" des 234 migrants recueillis par l'Ocean Viking, a indiqué Gérald Darmanin. Il s'agit de l’Allemagne, la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, Lituanie, Malte, le Portugal, le Luxembourg et L’Irlande.  "Ils reprendront ensemble plus des deux tiers des personnes à bord. C’est cela la solidarité européenne dont les Italiens n’ont pas voulu", a également précisé le ministre de l'Intérieur. Parmi ces pays, l'Allemagne doit accueillir "plus de 80 personnes", a-t-il précisé sur TF1. Les migrants qui ne reçoivent pas l’asile "seront éloignés directement depuis la zone d’attente vers leurs pays d’origine."

Le préfet du Var, Evence Richard, et le préfet directeur général des étrangers en France, Eric Jalon, tiendront une conférence de presse, ce vendredi à 9h, pour présenter le dispositif d’accueil de l'Ocean Viking.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.