Nantes : les forces de l'ordre se replient sans évacuer les migrants qui occupent un bâtiment du centre-ville

Près de 150 personnes occupent cette maison de retraite vide à Nantes (Loire-Atlantique). Il s'agit principalement de migrants et d'étudiants, a rapporté France Bleu Loire Océan, jeudi.

Les forces de l\'ordre sont postées devant l\'entrée du bâtiment occupé par les migrants à Nantes.
Les forces de l'ordre sont postées devant l'entrée du bâtiment occupé par les migrants à Nantes. (ROMAIN DEZEQUE / RADIO FRANCE)

Les forces de l'ordre ont entouré un bâtiment du centre-ville de Nantes (Loire-Atlantique), occupé par des migrants depuis mercredi soir, rapporte France Bleu Loire Océan, jeudi 8 mars. Selon France Bleu Loire Océan, les policiers sont partis en début d'après-midi, jeudi, après quelques moments de tension avec des militants postés devant l'immeuble de la rue Sibille.

Une réunion a été organisée entre la maire de Nantes Johanna Rolland, l'intersyndicale, les étudiants soutenant les migrants et des sans-papiers. L'adjoint au maire Jean-Paul Huard, interrogé par France Bleu Loire Océan, a affirmé qu'il n'y aurait pas de demande d'expulsion de la part de la mairie avant la fin de la trêve hivernale.

150 personnes occupent le bâtiment

Environ 150 personnes occupent cette maison de retraite vide, depuis plusieurs mois. Il s'agit principalement de migrants et d'étudiants. Ce bâtiment appartient au bailleur social Nantes Métropole Habitat.

Mercredi matin, 160 migrants ont été évacués par les forces de l'ordre de bâtiments de la faculté de Nantes. Ils occupaient depuis plusieurs mois les sites de Censive et du château du Tertre. Les migrants affirmaient qu'aucune alternative ne leur avait été proposée.