Migrants : un chauffeur tué à un barrage

Un chauffeur polonais a perdu la vie après avoir percuté un barrage de migrants dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 juin, sur l'autoroute A16, non loin de Calais. Un incident dramatique qui témoigne du retour en nombre des migrants dans la région de l'ancienne jungle. 

France 2

La camionette accidentée et le corps sans vie de son occupant, un chauffeur polonais, ont été rongés par les flammes. A 3h45 du matin ce mardi, un groupe de poids lourds circulant sur l'autoroute A16, non loin de Calais, est ralenti par un barrage de fortune disposé sur les voies par des migrants. La camionnette vient alors le percuter avant de s'embraser. Les routiers qui suivent habituellement le même itinéraire connaissent bien ce problème. Ce n'est pas la première fois qu'ils rencontrent ces barrages. "Dans ces cas-là, on est obligé de stopper brutalement. Et après, on voit des dizaines de personnes qui essaient de monter dans les camions", témoigne un chauffeur grec interrogé par France 2.

"Un drame va encore arriver si on ne fait rien"

Depuis trois semaines, le phénomène est réapparu aux alentours de Calais. Sur une aire de repos près de l'ancienne "jungle", des petits groupes retentent leur chance. Ils seraient près de 500 dans les environs. "On n'avance pas. C'est toujours la même chose", déplore Gilles Debode, délégué du syndicat de police SGP-FO. Suite à l'accident de cette nuit, neuf Erythréens soupçonnés d'être à l'origine du barrage ont été interpellés. Les forces de l'ordre dénoncent un dispositif saturé et réclament plus de moyens. "Aujourd'hui, il y a eu un mort. Mais il y a aussi d'autres usagers, comme des motards", précise Cédric Canneson, délégué de police du syndicat CRS-UNSA. "Des branches sur une autoroute, ce n'est pas commun. Il y a énormément d'étrangers qui circulent sur cette autoroute-là. Un drame va encore arriver malheureusement si on ne fait rien. On l'avait déjà dénoncé avant". Une enquête judiciaire a été ouverte pour connaître les circonstances de ce drame.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des camions sur la rocade de Calais (Pas-de-Calais), le 2 février 2017. 
Des camions sur la rocade de Calais (Pas-de-Calais), le 2 février 2017.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)