Migrants : plus de 100 000 demandes d'asile en France en 2017, en hausse de 17% par rapport à 2016

C'est la première fois que le nombre de demandes atteint un tel niveau depuis que l'Ofpra tient des données sur le sujet.

Des migrants manifestent devant la sous-préfecture de Seine-Maritime, au Havre, le 19 décembre 2016.
Des migrants manifestent devant la sous-préfecture de Seine-Maritime, au Havre, le 19 décembre 2016. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le nombre de demandeurs d'asile en France a dépassé la barre historique des 100 000 en 2017, a annoncé l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), lundi 8 janvier. Ce qui représente une progression de 17% par rapport à 2016, une hausse "soutenue" qui n'est pas pour autant "un afflux massif", explique le directeur général de l'Ofpra, Pascal Brice.

Il y a eu, plus exactement, 100 412 demandes d'asile en France l'an dernier. A titre de comparaison, la hausse avait été de 6,5% en 2016 par rapport à l'année précédente. Et il y avait moins de 20 000 demandes en 1981, année la plus ancienne pour laquelle l'Ofpra a fourni des données.

"Cela confirme que la France est dans les tout premiers pays de la demande d'asile en Europe", estime Pascal Brice, notamment derrière l'Allemagne, qui s'attend à un peu moins de 200 000 dossiers cette année.

Un projet de loi présenté en février

Toutefois, pour avoir une vision exhaustive, il faut ajouter à ces chiffres ceux des migrants n'ayant pas encore déposé leur dossier à l'Ofpra. La première étape de la procédure se fait en effet en préfecture, qui examine si les personnes relèvent d'un autre pays européen pour leur demande. Le règlement européen "Dublin" établit en effet que le pays responsable de la demande d’asile d’un migrant est le premier pays qui l’a contrôlé. Dans une circulaire diffusée fin novembre, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, estimait qu'"aujourd'hui, près de 52% des demandeurs" relevaient de cette procédure "Dublin".

Ces chiffres nourriront sans doute le débat au sujet du projet de loi sur l'asile et l'immigration qui doit être présenté en février en Conseil des ministres par Gérard Collomb. En décembre, le Premier ministre, Edouard Philippe, avait promis qu'il ferait l'objet d'une "consultation", devant l'inquiétude des associations de défense des étrangers et des protestations au sein de la majorité.