Migrants : le recensement qui fâche

Ce 18 décembre est la journée internationale des migrants. Le gouvernement a annoncé qu'il voulait recenser les migrants en envoyant des équipes dans les centres d'hébergement d'urgence. Des associations s'insurgent et saisissent le Défenseur des droits.

Voir la vidéo
france 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une circulaire du 12 décembre prévoit que les personnes hébergées dans le dispositif d'urgence doivent bénéficier d'un bilan administratif et social. Il est sous-entendu que, selon leur situation, les migrants pourront rester ou devront quitter les centres. Pour certaines associations, cette mesure n'est pas acceptable en l'état.

Un tiers des demandes d'asile accepté

Alors que la France connaît un afflux de migrants, les associations d'entraide en appellent à l'intervention du Défenseur des droits qui reconnaît certaines ambiguïtés. Du côté du ministère de l'Intérieur, on précise que ce ne sont pas des policiers qui interviendront lors de ce recensement. Mais il persiste dans l'objectif de détecter le plus tôt possible les migrants qui ne pourraient pas prétendre au droit d'asile. Sur les 85 000 demandes d'asile faites chaque année, seule une sur trois est acceptée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une centaine de migrants est évacuée d\'un camp installé sur la friche de l\'ancienne gare Saint-Sauveur, dans le centre de Lille (Nord), le 24 octobre 2017.
Une centaine de migrants est évacuée d'un camp installé sur la friche de l'ancienne gare Saint-Sauveur, dans le centre de Lille (Nord), le 24 octobre 2017. (MAXPPP)