Cet article date de plus de cinq ans.

Migrants : la France possède plus de 77 000 logements sociaux vacants

Le Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées indique que "77 310 logements sociaux sont aujourd'hui en attente de locataires" depuis plus de trois mois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôtel Dodun reconverti en logements sociaux, le 30 avril 2015, à Paris. (MANUEL COHEN / AFP)

La France a-t-elle suffisamment de logements à proposer aux réfugiés ? Oui, selon la présidente du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD), Marie-Arlette Carlotti, qui a proposé, samedi 12 septembre, sur Le Plus, "la mobilisation des 77 310 logements sociaux vacants". Elle souligne que les réfugiés disposent "d'un statut clair" et ne se posent "pas en concurrence avec d'autres publics en grande précarité".

Au total, "77 310 logements sociaux sont aujourd'hui en attente de locataires" depuis plus de trois mois, "notamment dans les secteurs où la demande est faible", ajoute-t-elle, citant un chiffre du Commissariat général au développement durable pour 2014.

Certains de ces logements sont en attente de destruction

La France vient de s'engager à accueillir 24 000 réfugiés en deux ans pour soulager les pays de l'Union européenne confrontés à un afflux massif de migrants. Ce chiffre s'ajoute aux 6 750 personnes dont l'accueil avait déjà été acté en juillet. Par ailleurs, des dizaines de milliers de demandeurs d'asile arrivent chaque année en France : en 2014, il y a eu 65 000 demandes, dont 14 500 acceptées. "Il ne fait aucun doute que notre pays a les moyens de remplir cet objectif avec dignité et responsabilité", assure Marie-Arlette Carlotti.

Le site d'Europe 1 note toutefois que les logements vacants évoqués par l'ancienne ministre déléguée à la Lutte contre l'exclusion (2012-2014) "ne sont pas tous disponibles""On y trouve des habitations vides car en travaux" ou encore "des appartements vacants parce que l'immeuble doit être détruit", précise le site.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.