Migrants : la Cimade veut que "cesse le harcèlement des migrants et de ceux qui les aident"

Geneviève Jacques, présidente de la Cimade, est l'invitée du Grand Soir 3 ce mardi 16 janvier.

Voir la vidéo
France 3

Emmanuel Macron fait la différence entre les réfugiés qui fuient la guerre et les migrants économiques. "Cette dichotomie simpliste ne correspond pas à la réalité. La Cimade reçoit plus de 100 000 personnes étrangères par an. Ces jeunes viennent juste chercher un endroit pour vivre. Pour un grand nombre de ces personnes, les causes politiques et économiques sont mêlées", explique la présidente de la Cimade Geneviève Jacques.

L'État veut "faire le tri"

La circulaire Collomb permet de recenser les migrants dans les structures d'accueil. La Cimade et d'autres associations demandent son retrait. "C'est le tri que l'État va venir faire. Il s'agit de mettre de côté ceux qui ont été déboutés du droit d'asile ou ceux qui ont été enregistrés dans d'autres pays européens. Un lien est fait entre hébergement et expulsion, et ça, c'est une ligne rouge", s'insurge-t-elle.

Et Geneviève Jacques de conclure : "On attend d'Emmanuel Macron que cessent les formes de harcèlement à l'encontre des migrants et à l'encontre de ceux qu'ils leur sont solidaires".

Le JT
Les autres sujets du JT
Atmosphère dans un camp improvisé de migrants dans la forêt de Calais, où certains dorment dehors sur de simples duvets au milieu des déchets.
Atmosphère dans un camp improvisé de migrants dans la forêt de Calais, où certains dorment dehors sur de simples duvets au milieu des déchets. (MAXPPP)