Migrants : l'association SOS Méditerranée dénonce une crise humanitaire "sans précédent"

SOS Méditerranée annonce qu'elle "reprendra ses opérations de sauvetage avec [le navire] 'Ocean Viking' le plus rapidement possible".

Des migrants, secourus par le navire \"Ocean Viking\" de l\'ONG SOS Méditerranée, attendent de débarquer à Messine (Italie), le 24 septembre 2019.
Des migrants, secourus par le navire "Ocean Viking" de l'ONG SOS Méditerranée, attendent de débarquer à Messine (Italie), le 24 septembre 2019. (GABRIELE MARICCHIOLO / NURPHOTO / AFP)

L'association SOS Méditerranée estime, mercredi 3 juin, que la crise humanitaire en Méditerranée "s'aggrave" pour atteindre "aujourd'hui des niveaux sans précédent". Selon l'ONG, 425 migrants "sont actuellement bloqués en mer, en dehors des eaux territoriales maltaises, sur quatre bateaux de croisière touristiques privés affrétés par le gouvernement maltais". "Au lieu d'être débarqués dans un lieu sûr comme l'exige le droit international, ces rescapés sont utilisés à des fins de négociations politiques entre les Etats membres de l'Union européenne, qui, malgré l'urgence de la situation, n'ont pratiquement proposé aucune solution coordonnée pour leur relocalisation", ajoute l'association.

"Une spirale de chaos et de mort se développe en Méditerranée"

SOS Méditerranée demande, dans un communiqué, que ces rescapés soient débarqués "immédiatement dans un lieu sûr" et appelle les Etats européens à "rétablir un mécanisme coordonné de relocalisation des personnes secourues en Méditerranée centrale". "Les Etats européens doivent de toute urgence mettre en place une opération de sauvetage en mer globale et efficace, dirigée par les Etats, qui respecte le droit maritime et sauve des vies en mer", ajoute-t-elle, affirmant que "c'est une spirale de chaos et de mort qui se développe en Méditerranée centrale".

D'après SOS Mediterranée, par ailleurs "plus d'une centaine d'autres rescapés attendent d'être débarqués d'un ferry utilisé pour leur mise en quarantaine, qui a été organisée par les autorités italiennes". Malte et l'Italie ont fermé début avril leurs ports en raison de l'épidémie de coronavirus et, depuis début mai, toute opération civile de sauvetage en mer a cessé après que deux bateaux ont été immobilisés par les garde-côtes italiens. SOS Méditerranée annonce qu'elle "reprendra ses opérations de sauvetage avec [le navire] Ocean Viking le plus rapidement possible".