Migrants : des chiffres en hausse depuis l'année dernière

Publié Mis à jour
Migrants : des chiffres en hausse depuis l'année dernière
Article rédigé par
S. Dollé - franceinfo
France Télévisions
Selon un rapport de Frontex, les entrées illégales dans l'Union européenne auraient augmenté de 168% et 59% sur les deux principales routes empruntées, celles des Balkans et de la Méditerranée centrale. Un périple qui a coûté la vie à 5 684 personnes depuis le début de l'année 2021.

Frontex, l'agence européenne de gardes-frontières vient de publier un rapport, dans lequel on apprend que depuis janvier 2022, il y a eu 275 500 entrées illégales enregistrées aux frontières de l'Europe. Mais quelles sont les routes les plus empruntées par les migrants ? "Il y en a deux qui sont principalement utilisées pour rejoindre l’Union européenne. La première, la plus empruntée, c'est la route dite ‘des Balkans’. Les migrants arrivent dans l’un des pays des Balkans, la Serbie, l'Albanie ou encore la Macédoine. Là, ils essayent de traverser la frontière avec l'un des pays de l’Union européenne comme la Grèce. Depuis cette route, entre janvier et octobre 2022, plus de 128 000 entrées irrégulières ont été enregistrées, soit une hausse de 168 % par rapport à l'année 2021. La seconde route la plus empruntée par les migrants, c'est la route de la Méditerranée centrale. Cette fois, ils partent d'Afrique du Nord pour rejoindre principalement l'Italie ou encore Malte. Depuis cette route, plus de 85 000 entrées irrégulières ont été enregistrées entre janvier et octobre 2022, soit, cette fois, une hausse de 59 % par rapport à l'année 2021. Les pays qui font le plus face à ces flux migratoires sont les pays du sud de l'Europe, à savoir la Grèce, Italie, Malte ou encore l'Espagne", explique Sofia Dollé, depuis la rédaction de franceinfo.

5 684 morts depuis début 2021

Parmi ces flux migratoires, quelles sont les nationalités les plus représentées ? "On constate qu’en fonction des routes empruntées, les nationalités les plus présentes ne sont pas forcément les mêmes. Dans le cas de la route des Balkans, les migrants que l'on rencontre sont principalement originaires du Burundi, d'Afghanistan ou encore d’Irak. Si l’on prend l'exemple de la route de la Méditerranée centrale, on rencontre cette fois des migrants qui sont plutôt en provenance d'Afrique du Nord, des Tunisiens, des Marocains, des Egyptiens, mais aussi d'autres pays d'Afrique, comme le Sénégal ou encore la Côte d'Ivoire. Ces tentatives pour rejoindre l’Union européenne se font souvent au péril de leur vie. Depuis le début de l'année 2021, 5 684 migrants sont morts en voulant rejoindre l’Union européenne", conclut Sofia Dollé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.