Migrants : "Cette année 2021 est terrible, il y a des morts à toutes les frontières", déplore le président de France Fraternités

Pierre Henry voit toutefois des signes d'espoir en Europe, notamment en Allemagne où la nouvelle coalition est sur une voie "deprévention des crises".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Démantelement du camp de Loon plage, près de Grande-Synthe (Nord), le 16 novembre 2021. (MICHAEL BUNEL / LE PICTORIUM / MAXPPP)

À l'occasion de la journée internationale des migrants, Pierre henry, le président de France Fraternités appelle "les principaux pays d'accueil" en Europe à dessiner "un projet commun : héberger, nourrir, vêtir, éduquer". L'année 2021, marquée par la mort de 27 personnes dans le naufrage de leur embarcation en Manche fin novembre, a été, selon lui, "terrible".

franceinfo : Comment s'est passée l'année 2021 ?

Pierre Henry : Elle a été difficile. Ce qui s'est passé cette année est terrible. Il y a des morts à toutes les frontières, les réseaux de passeurs se gavent de vie et d'argent. Défendre leur respect de la dignité des personnes n'est même plus une option pour des chefs d'Etat européens, comme monsieur Orban en Hongrie. À 250 km de Paris, il y a quelques semaines, des hommes, des femmes, des enfants sont morts en pleine mer, dans la Manche, et les secours britanniques n'ont pas répondu aux appels d'urgence. Cet acte criminel passe inaperçu.

Est-ce en Méditerranée que l'on meurt le plus ?

Oui, on meurt beaucoup en Méditerranée, au départ de la Libye. Les opérations de sauvetage sont extrêmement réduites, les opérations civiles qui sont menées par des ONG sont bien souvent entravées. Mais il y a quelques espoirs et il faut s'appuyer dessus pour développer une vision équilibrée des migrations.

Des élections ont eu lieu en Allemagne et les questions d'immigration ont été traitées avec calme, dignité et la coalition au pouvoir s'est engagée sur une voie de coopération européenne de prévention des crises.

Pierre Henry

à franceinfo

Elle a écrit qu'elle assumerait sa responsabilité humanitaire, ses obligations. Si cela pouvait inspirer la campagne présidentielle française ce serait formidable.

Les migrants sont souvent instrumentalisés politiquement. Qu'en pensez-vous ?

Avec une remise du droit européen. Avec un refoulement massif de la part de la Pologne des migrants, avec une instrumentalisation du régime biélorusse des migrants, avec une prise d'otage des migrants que l'on utilise comme arme diplomatique. La situation perdure. Nous avons en France une propre responsabilité dans ce qui se passe à la sortie de la frontière européenne en allant vers la Grande-Bretagne.

Que doit faire le gouvernement ?

La civilisation européenne nous impose un regard et une action humaniste et si on n'arrive pas à le faire à 27 il faut privilégier des coalitions. Le couple franco-allemand est moteur dans l'Union européenne sur beaucoup de points, il doit l'être aussi sur le respect de l'humanisme et des valeurs qui ont fondé l'Union européenne. Il faut que les principaux pays d'accueil en Europe dessinent un projet commun : héberger, nourrir, vêtir, éduquer. C'est un devoir que nous devons assumer. Il y a une nécessité de solidarité que chacun doit assumer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.