Migrants : 242 personnes secourues en Méditerranée par les autorités marocaines

Depuis le début de l'année, plus de 15 000 personnes ont gagné l'Espagne, dont environ 12 000 par voie maritime, malgré les risques de cette traversée. 

Des migrants secourus en mer arrivent à Malaga, en Espagne après avoir traversé la Méditerranée via le Maroc, le 6 janvier 2019. 
Des migrants secourus en mer arrivent à Malaga, en Espagne après avoir traversé la Méditerranée via le Maroc, le 6 janvier 2019.  (GUILLAUME PINON / NURPHOTO / AFP)

Ils tentaient de rejoindre les côtes espagnoles à bord d'embarcations de fortune. 242 migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont été secourus en Méditerranée par la Marine royale marocaine, a annoncé l'agence de presse marocaine (MAP), vendredi 26 juillet. 

Ces migrants, dont 50 femmes et 12 mineurs, ont été secourus dans la nuit de jeudi à vendredi alors qu'ils se trouvaient à bord de "plusieurs embarcations pneumatiques en difficulté", a ajouté l'agence de presse, citant une source militaire. "Les rescapés, dont certains étaient dans un état de santé dégradé, ont été ramenés sains et saufs aux ports méditerranéens du royaume", selon la même source.

En 2019, déjà 200 morts en mer en tentant de rejoindre l'Espagne

Depuis le début de l'année, plus de 15 000 personnes ont gagné l'Espagne, dont environ 12 000 par voie maritime selon l'Organisation internationale pour les migrations. Plus de 200 sont morts ou portés disparus. 

Face au flux de migrants, l'Union européenne a débloqué l'an dernier une enveloppe de 140 millions d'euros pour aider le Maroc à faire face à la migration clandestine, démanteler les réseaux de trafiquants et protéger les migrants vulnérables. Selon l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH), cette migration génère un "trafic juteux" : 2 000 à 5 000 euros pour la traversée d'un migrant par voie maritime.

Des associations dénoncent fréquemment des campagnes d'arrestations et de déplacements forcés de migrants vers le sud du Maroc. Outre les migrants venus d'Afrique subsaharienne, les tentatives de départ de jeunes Marocains à bord d'embarcations pneumatiques se sont également multipliées depuis l'an dernier.