Manche : 84 migrants secourus au large du littoral français

Un bébé et plusieurs enfants ont notamment été secourus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un réserviste de la gendarmerie surveille une zone de traversée de la Manche par des migrants, le 16 octobre 2019 à Calais. (MAXPPP)

Quatre embarcations, avec à leur bord au total 84 migrants qui tentaient de gagner les côtes britanniques, ont été secourues samedi 10 avril au large du littoral français, a indiqué la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué.

Un patrouilleur de la Marine nationale a d'abord récupéré dans la nuit 11 migrants au large du Touquet (Pas-de-Calais) et les a déposés au port de Boulogne-sur-Mer vers 4 heures. Puis, au large de Boulogne-sur-Mer, un remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage a secouru 24 naufragés, dont cinq enfants.

Alors en patrouille en mer, une vedette de surveillance de la gendarmerie maritime a remarqué une embarcation de migrants "en difficulté" au large de Sangatte et a récupéré les 30 migrants, dont une femme et un bébé. Ils ont été ramenés à terre vers 6h45.

Quatre fois plus de traversées en 2020 qu'en 2019

Parallèlement, le sémaphore de Boulogne-sur-Mer a signalé une embarcation "en difficulté" au large d'Ambleteuse. Un canot de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) a récupéré les 19 migrants, dont deux femmes et deux enfants, et les a ramenés sur littoral vers 8h00.

Depuis la fin 2018, ces traversées illégales de la Manche par des migrants cherchant à gagner le Royaume-Uni se multiplient malgré les mises en garde répétées des autorités soulignant le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l'eau.

En 2020, plus de 9 500 traversées ou tentatives de traversée de ce type ont été recensées, soit quatre fois plus qu'en 2019, selon un bilan de la préfecture maritime. Six personnes y ont trouvé la mort et trois ont disparu, après quatre morts en 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.