Tous les passagers "fragiles" du bateau de Banksy évacués, les autres transférés sur un autre navire

Les 49 personnes les plus vulnérables à bord du "Louise Michel" ont été prises en charge par les gardes-côtes italiens, samedi. Dans la soirée, les autres passagers ont été transférés sur un bateau humanitaire affrété par l'ONG allemande Sea Watch et l'organisation Médecins sans frontières.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les migrants qui se trouvaient à bord du navire "Louise Michel" juste après avoir été transférés sur le bateau humanitaire "Sea Watch 4", au large des côtes maltaises, le 29 août 2020. (THOMAS LOHNES / AFP)

"Nous avons besoin d'assistance immédiate." Le navire affrété par l'artiste Banksy en Méditerranée a lancé, vendredi 28 août, un appel à l'aide après un nouveau sauvetage massif de migrants. Deux bateaux humanitaires, le Sea Watch 4 et le navire Mare Ionio, du collectif italien de gauche Mediterranea, ont finalement répondu à l'appel, samedi 29 août. 

Le Louise Michel dit avoir secouru 130 nouvelles personnes. Dans le détail, outre les 10 membres d'équipage, il compte 165 à bord et 33 sur un radeau de survie amarré au bateau. "Il y a déjà une personne morte sur le bateau. Les autres présentent des brûlures au carburant", ont tweeté les responsables de la campagne (en anglais). Le Louise Michel, surchargé et bloqué en mer, a accusé les autorités européennes d'ignorer leur appel. 

Un migrant est mort sur le bateau et plusieurs sont blessés 

Actuellement en Méditerranée, où il a sauvé 201 migrants et est lui-même en quête d'un port d'accueil, le Sea Watch 4 a décidé de venir en aide au Louise Michel "face à l'absence de réaction" des autorités, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'ONG allemande Sea Watch qui affrète ce bateau avec Médecins sans frontières. "Nous avons une clinique à bord du Sea Watch 4 et on va voir comment on peut les aider. On pourra aussi peut-être prendre des migrants à bord même si nous avons des procédures Covid à respecter", a complété Hassiba Hadj-Sahraoui, chargée des questions humanitaires de MSF aux Pays-Bas, qui dénonce la "situation intenable" des navires humanitaires en Méditerranée.

Parallèlement, le collectif italien de gauche Mediterranea a annoncé l'envoi du navire Mare Ionio depuis le port d'Augusta en Sicile, invoquant lui aussi l'absence de réponse de l'Italie ou de Malte face "au danger de mort imminent" encouru par les migrants. "La situation est dramatique (...) Il y a beaucoup de femmes et d'enfants, beaucoup de gens ont de graves problèmes médicaux à cause de brûlures d'essence et de nombreuses heures passées en mer", affirme le collectif dans un communiqué.

Evacuation par les gardes-côtes italiens et transfert sur un bateau humanitaire

Les gardes-côtes italiens ont à leur tour répondu samedi aux messages de détresse du Louise Michel, en évacuant prioritairement les personnes les plus fragiles. "Au vu de la dangerosité de la situation, les gardes-côtes ont envoyé sur place un bateau de patrouille depuis Lampedusa qui a embarqué les 49 personnes jugées les plus fragiles, dont 32 femmes, 13 enfants et 4 hommes", indiquent-ils dans un communiqué. Le corps d'un migrant décédé a également été évacué en direction de Lampedusa.

En soirée, tous les autres passagers ont été transférés sur le bateau humanitaire affrété par SeaWatch et l'organisation MSF. Le Sea Watch 4, qui avait déjà secouru 201 migrants en Méditerranée, a indiqué sur son compte Twitter avoir pris en charge quelque 150 personnes supplémentaires, et compter désormais environ 350 personnes à son bord.

"Une évaluation médicale" des personnes transférées samedi à bord "est en cours" dans la clinique dont dispose le bateau, a indiqué MSF sur Twitter. Elles sont notamment soignées pour "des brûlures de carburant, déshydratation, hypothermie et blessures traumatiques".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.