Le HCR s'inquiète pour les migrants à bord des navires "Ocean Viking" et "Open Arms" alors que des tempêtes arrivent

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) réclame une solution pour les plus de 500 rescapés dont "les conditions à bord ne feront qu'empirer".

Des migrants sur le navire \"Ocean Viking\" exploité par les ONG françaises SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières (MSF), le 12 août 2019. 
Des migrants sur le navire "Ocean Viking" exploité par les ONG françaises SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières (MSF), le 12 août 2019.  (ANNE CHAON / AFP)

"Une course contre la montre est engagée". Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) appelle, mardi 13 août, les gouvernements européens à autoriser le débarquement de 507 migrants récemment secourus en Méditerranée et actuellement bloquées en mer à bord des navires Ocean Viking et Open Arms

"Des tempêtes sont prévues et les conditions à bord ne feront qu'empirer" a déclaré Vincent Cochetel, l'envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale, dans un communiqué. "Laisser des personnes affronter une mer démontée alors qu'elles ont fui la guerre et la violence en Libye leur infligera de nouvelles souffrances. Ces personnes doivent être immédiatement autorisées à débarquer et à recevoir l'aide humanitaire dont elles ont tant besoin", a-t-il ajouté. 

Quelque 151 migrants ont été recueillis à bord de l'Open Arms, le bateau humanitaire de l'ONG espagnole du même nom, les 356 autres ont été secourues ces derniers jours par l'Ocean Viking, affrété par l'ONG Médecins sans frontières (MSF) et SOS Méditerranée. A Rome, le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, continue à refuser de les laisser accoster dans un port italien. Le chef de file de la Ligue considère que la question des migrants secourus en Méditerranée n'est pas le problème de l'Italie et juge que son pays n'a pas à les accueillir.