Le dernier campement de migrants du nord-est de Paris en cours d'évacuation par les forces de l'ordre

La semaine dernière, plus de 1 400 migrants avaient été évacués du camp de la Porte d'Aubervilliers. 

Evacuation et démantélement d\'un camp de migrants et de refugiés situé porte d\'Aubervilliers, à Paris, le 28 janvier 2020.  
Evacuation et démantélement d'un camp de migrants et de refugiés situé porte d'Aubervilliers, à Paris, le 28 janvier 2020.   (MAXPPP)

L'opération a débuté au petit matin. Plus de 400 personnes ont été évacuées mardi 4 février du dernier campement de migrants dans nord-est de Paris Paris. Objectif : vider cette zone de la capitale de ces camps insalubres, comme l'a promis le gouvernement. La semaine dernière, plus de 1 400 migrants avaient déjà été évacués du camp de la porte d'Aubervilliers.

L'évacuation du campement de la porte de la Villette, où des centaines de personnes avaient posé leurs tentes notamment au bord du canal Saint-Denis, a débuté vers 6 heures et s'est terminée peu avant 8 heures, selon la préfecture de la région Ile-de-France, qui gère les mises à l'abri.

Au total, "427 personnes dont 4 femmes ont été mises à l'abri ce matin lors de l'opération menée à la porte de la Villette", a indiqué la préfecture de région. Elles ont été emmenées dans des cars vers des gymnases et des centres d'accueil franciliens, où "il restait de la place" après l'évacuation de la porte d'Aubervilliers.

Des hommes originaires d'Erythrée et de Somalie

Pour le maire du 19e arrondissement, François Dagnaud, interrogé sur place, "c'est un soulagement pour les personnes entassées dans ce camp et pour les riverains, car la situation était très lourde à gérer pour les riverains". Les migrants étaient pour la quasi-totalité des hommes seuls originaires notamment d'Erythrée et de Somalie.

La préfecture de police compte empêcher la réinstallation de campements dans les jours, les semaines ou les mois à venir. Pour y parvenir, elle avait évoqué la mise en place d'"un dispositif de surveillance dynamique et permanent", sans davantage de détails.