Cet article date de plus d'un an.

"La solution qu’ils ont trouvée, c’est soit laisser les migrants se débrouiller, soit les transférer" : en Sicile, la fermeture du centre de Mineo inquiète les associations

L'ancien plus grand centre d’accueil pour demandeurs d’asile en Europe, le centre de Mineo en Sicile, ferme ses portes. Le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini s'y rend en visite, mardi.

Article rédigé par
Edité par Aude Lambert - Mathilde Imberty
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue du complexe de 24 hectares de Cara Mineo, un centre d'accueil pour demandeurs d'asile, dans la province de Catane en Sicile le 21 avril 2015. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Ces petits pavillons couleur ocre ou brique, posés incongrument au milieu des collines surchauffées de Mineo en Sicile, sont désormais vides. La dernière phase d’évacuation de l'ex-plus grand centre d'accueil de demandeurs d'asile en Europe a débuté en décembre. Elle s'est achevée juste à temps pour la visite de Matteo Salvini. Le ministre de l'Intérieur italien vient, mardi 9 juillet, "célébrer la promesse maintenue" de la fermeture du centre qui a accueilli jusqu'à 4 000 migrants en 2014.

Livrés à eux-mêmes ou transférés

Le sort des demandeurs d’asile ne s’est pour autant pas améliorée observe Silvia Dimeo, de l'association Borderline, en Sicile. "La solution qu’ils ont trouvée c’est soit laisser les migrants se débrouiller, soit les transférer dans d’autres centres d’accueil qui sont encore pires, se désole-t-elle. On reçoit des photos des vidéos des signalements qui nous le prouvent."

Si la sécurité c’est de ne plus savoir où sont les gens, il est temps de penser à un vrai projet !

L'évêque Calogero Pieri

à franceinfo

De son côté, l’église locale essaie de réparer les pots cassés. Le diocèse de Caltagirone héberge 25 anciens résidents du centre qui restaient sans solution. L’évêque Calogero Pieri s’agace de la politique à court terme du gouvernement. "On nous parle de sécurité, s'emporte-t-il, mais dans la mesure où ils étaient des milliers dans le centre et où seulement une partie ont été transférés. Les autres se sont évanouis dans la nature !". 

Lors de sa visite, Matteo Salvini sera accueilli par une manifestation à Mineo, mardi. "Il vient fanfaronner !" déplorent exaspérés les organisateurs de ce cortège.

Reportage de Mathilde Imberty
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.