L'Italie adopte un décret durcissant les sanctions contre les navires humanitaires

Le décret fixe désormais à 1 million d'euros l'amende maximale dont sont passibles les navires entrant dans les eaux italiennes sans autorisation

Un bateau humanitaire Sea Watch en Méditerranée, le 26 juin 2019.
Un bateau humanitaire Sea Watch en Méditerranée, le 26 juin 2019. (AFP/ LOCALTEAM)

Des sanctions plus dures pour les navires humanitaires. Le gouvernement italien a obtenu lundi 5 août la confiance du Sénat sur un décret visant les navires qui portent secours aux migrants en Méditerranée, ce qui constitue une victoire pour Matteo Salvini et la Ligue, son parti d'extrême droite.

Le décret fixe désormais à 1 million d'euros l'amende maximale dont sont passibles les navires entrant dans les eaux italiennes sans autorisation, contre 50 000 euros auparavant. Il prévoit également l'arrestation des capitaines ignorant l'ordre de rester en dehors des eaux territoriales et permet la saisie automatique des navires par les autorités navales. Le texte mis au point par le ministre de l'Intérieur a été voté à la chambre haute par 160 voix contre 57.

En juin dernier, le navire humanitaire Sea-Watch, dirigé par Carola Rackete, avait été saisi à son entrée sans autorisation dans le port sicilien de Lampedusa, mais l'assignation à résidence de la capitaine allemande avait été levée par la justice, malgré les protestations de Salvini.