Jugée pour avoir aidé des migrants mineurs, la relaxe est requise pour Martine Landry

Le jugement sera rendu le 13 juillet, selon les informations de France Bleu Azur.

Martine Landy, devant le tribunal de Nice (Alpes-Maritimes), le 30 mai 2018.
Martine Landy, devant le tribunal de Nice (Alpes-Maritimes), le 30 mai 2018. (MAXPPP)

La relaxe a été requise, mercredi 30 mai, au procès de la militante d'Amnesty International Martine Landry, selon les informations de France Bleu Azur. La justice lui reproche d'avoir aidé l'été dernier deux immigrés mineurs refoulés de France. Mais le réquisitoire sous-entend des pratiques illégales de la part d'associations ou de militants pour faire entrer des mineurs étrangers en France. Le jugement sera rendu le 13 juillet.

La militante était jugée devant le tribunal correctionnel de Nice, pour avoir "facilité" l'entrée sur le territoire français à deux mineurs isolés d'origine guinéenne en juillet 2017. Elle dit les avoir seulement "accueillis" à la frontière française à Menton.