"On a eu jusqu'à 200 coups de fil, des horreurs, des courriers anonymes…" : un maire bataille depuis cinq ans pour faire accepter des réfugiés dans sa commune

Pessat-Villeneuve, en Auvergne-Rhône-Alpes, a été l'une des premières communes à accueillir des migrants de Calais en 2015. Une décision qui a valu au maire une série de menaces et d'appels malveillants. Gérard Dubois reste pourtant seul candidat à sa succession.

Dans le bureau de Gerard Dubois, maire de Pessat-Villeneuve, des photos des migrants et des réfugiés accueillis sur sa commune.
Dans le bureau de Gerard Dubois, maire de Pessat-Villeneuve, des photos des migrants et des réfugiés accueillis sur sa commune. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

"J'en tremble encore presque d'émotion". Gérard Dubois, le maire DVG de Pessat-Villeneuve, une petite commune du Puy-de-Dôme de 670 habitants, se souvient comme si c'était hier de ce soir de novembre 2015 où il s'apprête à recevoir ses premiers réfugiés après le démantèlement de la jungle de Calais. "Et donc ils sont 48 jeunes hommes, fatigués, dénutris, qui arrivent directement de Calais en bus et qui déboulent ici en Auvergne, dans un tout petit village. Moi, je me suis positionné dans une posture d'urgence humanitaire", explique le maire.

"Ça commence à déraper sérieux !"  

Dans cette urgence, il n'a pas eu le temps de prévenir ses administrés, ce qui lui vaut dès le lendemain des menaces et des coups de fils anonymes. "On a eu jusqu'à 200 coups de fil, des horreurs, des courriers anonymes… Le premier que je vois arriver je l'ouvre, et le lendemain je me rappelle qu'il y en a un autre qui arrive. Celui-là, je mets des gants pour l'ouvrir. Je suis condamné à mort sur un site d'extrême droite. Et du coup, c'est un peu la trouille de se dire : 'Mais bon sang, ça commence à déraper sérieux !'", raconte Gérard Dubois. Il organise une réunion publique et s'y rend sous protection policière. La salle est comble.   

La question qui m'a fait le plus de mal, c'est la question d'une maman qui tend le doigt vers moi et me dit : 'Monsieur le Maire, ils vont violer mes enfants'. C'est quand même violent !Gérard Dubois, le maire DVG de Pessat-Villeneuveà franceinfo

Quelques mois plus tard, un autre bus arrive. De nouveau les réseaux sociaux se déchainent mais le maire tient bon. "On m'avait tellement promis des choses terribles, que ça allait cramer, qu'il y aurait des déchets partout, les viols, tout ça… Le moindre incident, je sais que je vais trinquer", se souvient-il.  

des totems sur le parvis de la mairie de Pessat-Villeneuve.
des totems sur le parvis de la mairie de Pessat-Villeneuve. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Mais tout se passe bien. Et les bénévoles sont de plus en plus nombreux pour aider les réfugiés. Ils sont 70 à être hébergés aujourd'hui sur la commune et pour son hospitalité et sa solidarité, Gérard Dubois a reçu la légion d'honneur. Brigitte est l'une des bénévoles et elle affiche un soutien ému à son maire.   

C'est un humaniste, un vrai, comme beaucoup de communes aimeraient en avoir.Brigitte, bénévole pour aider les réfugiés de Pessat-Villeneuveà franceinfo

Brigitte reconnaît cependant que la question de l'accueil de ces réfugiés est "encore compliquée pour certains". Ce que confirme Gérard Dubois : "J'ai eu encore un courrier d'un habitant de Pessat qui a soi-disant un problème d'eau qui entre chez lui. Et il écrit : 'Arrête de ne t'occuper que des migrants ! Occupe-toi de nous !' Tant que je serai maire, il y aura toujours des réfugiés à Pessat-Villeneuve. Si le maire n'est pas porteur d'un petit village comme ça, ça ne marche pas." 

Mais la rancune est tenace chez certains."Je ne suis pas d'accord d'accueillir des gens comme ça", explique un habitant qui n'a jamais accepté les réfugiés. Je suis pour les aider. Il faudrait les aider chez eux", poursuit-il. Et de préciser qu'il ne votera pas pour Gérard Dubois aux municipales, même si ce dernier, seul candidat à sa succession, est assuré d'être réélu. 

Un maire bataille depuis cinq ans pour faire accepter ses réfugiés de Calais - Reportage Farida Nouar
--'--
--'--