Italie : Matteo Salvini poursuivi pour "séquestration" après avoir refusé le débarquement de migrants

Les sénateurs italiens viennent d'ouvrir la voie à un procès pour "séquestration" contre Matteo Salvini. Lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, il avait refusé de laisser débarquer 116 migrants en Sicile.

France 2

La politique migratoire de Matteo Salvini va-t-elle finir par conduire l'homme politique devant la justice ? Son immunité parlementaire a été levée par 152 voix contre 76 mercredi 12 février. Devant le Sénat, l'ancien ministre de l'Intérieur a assumé sa politique de fermeté : "Mes enfants ont le droit de savoir que si leur papa fait de la politique, ce n'est pas pour séquestrer des êtres humains, mais pour défendre les frontières de son pays".

Huit ans d'inéligibilité encourus

En juillet 2019, un navire des garde-côtes italien est empêché de débarquer 116 migrants sur ordre de Matteo Salvini. Cinq jours d'attente assimilés par les associations à de la séquestration. Une opinion partagée par tous les responsables de la majorité de centre-gauche. Selon eux, le ministre de l'Intérieur savait parfaitement que ce qu'il faisait n'était pas légal. Matteo Salvini encourt jusqu'à huit ans d'inéligibilité, mais le chef de la Ligue compte bien se servir de ce procès comme d'une tribune politique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Matteo Salvini, le 28 août 2019, à Rome (Italie).
Matteo Salvini, le 28 août 2019, à Rome (Italie). (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)