EN IMAGES. Quand les frontières européennes se referment

L'Allemagne a décidé de réintroduire des contrôles à ses frontières, afin de mieux organiser l'arrivée des migrants sur son territoire.

Les contrôles d'identité à la frontière ont remplacé les applaudissements. Depuis que l'Allemagne a choisi de réintroduire provisoirement des contrôles à ses frontières pour faire face à l'afflux de migrants, ses voisins ont suivi le mouvement. L'Autriche freine les arrivées des exilés venus de Hongrie. Et cette dernière, l'une des portes d'entrées de l'espace Schengen, a clôturé 175 kilomètres de frontière avec la Serbie.

Ce repli (temporaire, en tout cas pour l'Allemagne) a pour objectif de réguler les arrivées et d'exercer une pression sur les pays qui n'assument pas leur part de responsabilité dans l'accueil des migrants. Files d'attente, embouteillages, arrestations… la fermeture des frontières a aussi immédiatement entraîné des conséquences visibles, aux différents points de passage empruntés particulièrement par des milliers de Syriens et d'Irakiens, ces derniers jours. 

116
Dimanche, l'Allemagne a annoncé qu'elle rétablissait provisoirement des contrôles d'identité à ses frontières, après avoir fait face à un afflux massif de migrants, en particulier dans le Land de Bavière. KERSTIN JOENSSON / AP/SIPA
216
L'Allemagne ne ferme pas pour autant ses frontières. Elle accueille les demandeurs d'asile et les personnes réclamant le statut de réfugiés, après contrôle de leur identité. GUENTER SCHIFFMANN / AFP
316
Sur les routes et les autoroutes, le rétablissement des contrôles a mobilisé des centaines de policiers, près de la frontière avec l'Autriche surtout, comme ici, à Passau, lundi 15 septembre. CHRISTOF STACHE / AFP
416
Les travailleurs transfrontaliers et les routiers, habitués à passer la frontière entre l'Allemagne et l'Autriche sans encombre, se sont retrouvés bloqués dans de longues files d'attente (là aussi, près de Passau). CHRISTOF STACHE / AFP
516
L'Autriche a rapidement emboîté le pas à l'Allemagne et a rétabli des contrôles à la frontière austro-hongroise. En particulier à Nickelsdorf, ville par laquelle sont arrivés des milliers de migrants ces derniers jours. LEONHARD FOEGER / REUTERS
616
La République tchèque a suivi le mouvement. Ici, la police tchèque contrôle les passagers d'un train reliant Graz (Autriche) à la capitale tchèque, Prague. DALIBOR GLUCK / AP / SIPA
716
Quant à la Hongrie, une des portes d'entrée de l'espace Schengen, elle a érigé une clôture surmontée de barbelés, afin de reprendre le contrôle de sa frontière avec la Serbie. BERNADETT SZABO / REUTERS
816
Des détenus de la prison de Szeged (Hongrie) ont été mis à contribution pour construire cette barrière de 175 kilomètres de long. ARMEND NIMANI / AFP
916
Un ultimatum a été posé : le lundi 14 septembre au soir, à minuit, la frontière a été totalement fermée. De nombreux migrants se sont donc pressés pour rejoindre les points d'entrées en Hongrie (ici, ils traversent la clôture de sécurité d'une autoroute) avant la fermeture. MARKO DJURICA / REUTERS
1016
L'annonce de l'ultimatum a accéléré pendant quelques heures le flux des migrants venus de Serbie et souhaitant entrer le plus vite possible dans l'espace Schengen. Les files d'attente se sont allongées à la frontière. MARKO DJURICA / REUTERS
1116
Le long de la frontière, des policiers hongrois patrouillaient déjà, lundi, en voiture, à pied et à cheval. LASZLO BALOGH / REUTERS
1216
Dans la nuit du lundi 14 au mardi 15 septembre, la clôture a été achevée. Depuis, toute personne tentant de passer la frontière risque trois ans de prison. ATTILA KISBENEDEK / AFP
1316
Pour verrouiller la frontière, la ligne de chemin de fer a été fermée par un wagon couvert de barbelés, à Horgos. ARMEND NIMANI / AFP
1416
Mardi 15 septembre au matin, au moins 16 personnes ont été arrêtées par la police hongroise, pour avoir tenté de franchir la frontière serbe. BERNADETT SZABO / REUTERS
1516
Beaucoup de migrants ont passé la nuit de lundi à mardi au pied de la clôture, côté serbe, espérant encore pouvoir entrer en Hongrie. MARKO DJURICA / REUTERS
1616
Pour ceux qui sont déjà entrés dans l'espace Schengen, les portes de l'Allemagne restent entrouvertes, mais la route sera encore longue et ponctuée de nombreux contrôles d'identité (ici, à la gare de Roszke, en Hongrie). DADO RUVIC / REUTERS