Emmanuel Macron demande à expulser davantage d'étrangers en situation irrégulière

Le chef de l'Etat, qui au début de son quinquennat évoquait l'objectif d'un taux d'exécution de 100% des reconduites à la frontière, a réclamé mercredi des mesures "opérationnelles très rapidement".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des membres de la police de l'air et des frontières escortent une famille à la sortie du tribunal de Cergy, vers l'aéroport de Roissy, lors d'une procédure de reconduite à la frontière, le 10 novembre 2006. (JACK GUEZ / AFP)

Il envoie un signal sur le plan sécuritaire. Emmanuel Macron a réuni le Premier ministre, les ministres de l'Intérieur, des Affaires étrangères et une représentante du ministre de la Justice, mercredi 9 juin, pour réclamer une meilleure efficacité des expulsions d'étrangers en situation irrégulière, a annoncé l'Elysée.

"Les demandes d'asile sont de plus en plus détournées : les étrangers demandent systématiquement l'asile en sachant que l'examen de leur dossier dure plusieurs mois et qu'ils sont pris en charge de manière très avantageuse", a estimé un conseiller. "Or, le taux d'acceptabilité de l'immigration dans notre pays est de plus en plus bas", a-t-il relevé. Sur environ 120 000 demandeurs d'asile par an, 20 000 obtiennent le statut de réfugiés, 20 000 repartent et 80 000 se maintiennent illégalement sur le territoire.

Des mesures "opérationnelles" à venir

Aussi, le chef de l'Etat a-t-il demandé aux ministres "d'activer de manière volontariste les dispositifs en vigueur" et d'intensifier les négociations avec les pays d'origine pour qu'ils acceptent le retour de davantage de leurs ressortissants. Fin 2020, la commissaire européenne aux Affaires intérieures avait estimé devant le Sénat que le taux d'exécution moyen d'une décision d'expulsion est de 30% en Europe mais chute à "13, 14% pour la France", alors que l'Elysée avance le chiffre de 15,3%.

Le chef de l'Etat, qui au début de son quinquennat évoquait l'objectif d'un taux d'exécution de 100%, a réclamé des mesures "opérationnelles très rapidement", en ciblant en priorité l'expulsion des étrangers irréguliers auteurs d'actes de terrorisme ou fichés pour radicalisation ainsi que ceux ayant commis des crimes et délits et autres infractions graves. L'objectif est de les emmener directement à l'aéroport dès leur sortie de prison, grâce à une coordination des administrations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.