"Elle était très joyeuse et parlait avec tout le monde" : qui était Mitra Zerang Sagha, la migrante iranienne retrouvée noyée dans la Manche ?

La jeune femme de 31 ans s'est noyée l'été dernier lors d'une traversée de la Manche pour essayer de rejoindre l'Angleterre. 

Le littoral de Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, le 3 novembre 2013. Illustration.
Le littoral de Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, le 3 novembre 2013. Illustration. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Son nom ne vous dit sans doute rien car on entend rarement les noms de ceux qui meurent sur la route de l’exil. Mitra Zerang Sagha est la première victime retrouvée noyée après une tentative de traversée de la Manche en août 2019. Le procès des deux passeurs présumés s’ouvre mercredi 18 décembre, à Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais. Les deux hommes, un Afghan et un Néerlandais, sont poursuivis notamment pour "homicide involontaire". Ils sont accusés d'avoir fourni le bateau utilisé pour la traversée et risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Une traversée pour rejoindre son compagnon en Angleterre

Une femme élégante, des grands yeux sombres et une longue chevelure brune, c’est ainsi que Mitra Zerang Sagha apparaît sur les réseaux sociaux à 31 ans. La jeune iranienne était doctorante en psychologie, elle a fait ses études à Bangkok et voulait rejoindre son fiancé en Angleterre. Elle était une femme indépendante se souvient Rahim : "Elle parlait librement, elle ne portait pas le voile et ne pratiquait pas la religion. Très joyeuse et très gaie, elle parlait avec tout le monde", décrit ce traducteur qui l’a rencontrée dans le gymnase de Grande-Synthe où elle a passé quelques jours avant de prendre la mer.

Nous n’avons pas été aussi courageux qu’elle.Ahmed Nadi, passager du même bateau que Mitra Zerang Sagha à Sky News

Le 9 août dans la nuit, Mitra Zerang Sagha monte dans un bateau pneumatique avec 19 autres migrants dont de très jeunes enfants. Quelques heures plus tard, plus de carburant ni de rame, la jeune femme se jette à l’eau pour tenter d’amarrer l’embarcation à une bouée. C’est le récit qu’ont fait les autres passagers. "Ce que cette femme a fait, nous les hommes nous n’avons pas été capables de le faire. Elle l’a fait pour sauver un bébé, et à la fin, il a survécu", explique Ahmed Nadi à la chaine de télévision anglaise Sky News.

Le bébé a pu être secouru par la marine britannique, comme les autres passagers. Emporté par le courant, le corps de Mitra Zerang Sagha a été retrouvé neuf jours plus tard sur une plage néerlandaise. Depuis le mois d’août, trois autres migrants ont été retrouvés noyés après une tentative de traversée de la Manche. Selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, 2 521 personnes ont essayé de rejoindre les côtes anglaises depuis le début de l’année, c’est quatre fois plus qu’en 2018.

"Elle était très joyeuse et parlait avec tout le monde" : qui était Mitra Zerang Sagha, la migrante iranienne retrouvée noyée dans la Manche ?
--'--
--'--