Douze migrants réussissent à rallier la Grande-Bretagne sur un bateau de pêche volé en France

Ils ont été interpellés sur les côtes anglaises dans la nuit de lundi à mardi. Ils sont partis du port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), où ils ont volé un trémailleur long de 12 mètres, lundi soir.

Un bateau dans le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 27 juin 2015.
Un bateau dans le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 27 juin 2015. (HEMIS / AFP)

Douze migrants ont réussi à rejoindre les côtes anglaises, où ils ont été interpellés dans la nuit de lundi à mardi. Ils ont, pour cela, traversé la Manche, de nuit, sur un bateau de pêche volé dans le port de Boulogne-sur-Mer lundi soir, a appris l'AFP, mardi 13 novembre, auprès de la préfecture maritime.

Les autorités françaises qui surveillent la côte ont alerté leurs homologues anglais en voyant un trémailleur long de 12 mètres emprunter une route "bizarre", lundi, entre 21h30 et minuit, par mer calme, a précisé la porte-parole de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, Ingrid Parrot.

"On est sur un mode opératoire inédit"

Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez a appelé le propriétaire, qui s'est rendu compte que son navire avait été volé dans le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), et le Maritime rescue coordination centre (MRCC) de Douvres. 

En Angleterre, la Border Force a alors interpellé à terre les migrants, qui avaient débarqué un peu plus tôt, aux environs de 1 heure du matin, selon la préfecture maritime, qui ignorait le lieu exact de leur arrivée en Grande-Bretagne. Environ 30 kilomètres séparent le cap Gris-Nez des côtes anglaises.

"On est sur un mode opératoire inédit, jusqu'à présent il s'agissait d'embarcations de fortune", a rapporté Ingrid Parrot, soulignant "l'action au long cours de coopération avec les autorités anglaises" de lutte contre l'immigration clandestine.