Crise des migrants : "Les responsables européens veulent aller vite"

En direct de Bruxelles, Alban Mikoczy fait le point sur la question des quotas pour France 2.

France 2

"Les responsables européens veulent aller vite et veulent convaincre chacun des 28 États de l'Union européenne de dire 'oui'" aux quotas de réfugiés politiques, rapporte Alban Mikoczy en direct de Bruxelles. "Pourquoi ? Premièrement parce que ce serait l'intérêt commun. Deuxièmement pour soulager la pression sur les États en première ligne comme l'Italie, la Grèce ou la Hongrie", ajoute le journaliste de France 2.

Et si les migrants ne respectaient pas les quotas ?

Pour le moment, il n'y a pas de dispositifs de sanction prévue contre un pays qui dirait "non". Par ailleurs, en admettant que l'Europe parvienne à convaincre ces 28 pays de dire "oui", se posera alors le problème des migrants. Ils veulent l'Allemagne, ils veulent l'Angleterre. Comment convaincre une famille de rester en Lettonie si elle ne souhaite pas le faire alors que Schengen permet la libre circulation des personnes dans toute l'Union européenne ? "Là personne n'en sais rien et c’est l'un des arguments du camp du 'non'", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les migrants protestent devant la gare Keleti, fermée le 2 septembre 2015, à Budapest (Hongrie).
Les migrants protestent devant la gare Keleti, fermée le 2 septembre 2015, à Budapest (Hongrie). (ARPAD KURUCZ / ANADOLU AGENCY / AFP )